Réhabilitation pulmonaire pour le traitement de la bronchopneumopathie chronique obstructive

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Il s'agit ici de la deuxième mise à jour d'une méta-analyse de la réhabilitation respiratoire dans la bronchopneumopathie chronique obstructive. Notre intention était de déterminer l'impact de la réhabilitation (définie comme un programme d'exercices d'une durée d'au moins quatre semaines avec ou sans formation et/ou soutien psychologique) sur la qualité de vie et la capacité d'exercice. Nous avons inclus 31 essais contrôlés randomisés. Des améliorations statistiquement significatives ont été identifiées pour tous les critères de jugement. Dans cinq domaines importants de la qualité de vie (dyspnée, fatigue, émotions et contrôle de la maladie par le patient), l'effet était supérieur à la différence minimum cliniquement importante. Ces résultats sont très favorables à la réhabilitation respiratoire dans le cadre de la prise en charge des patients atteints de BPCO.

Conclusions des auteurs : 

La réhabilitation soulage la dyspnée et la fatigue, améliore la fonction émotionnelle et augmente la sensation de contrôle du patient sur sa maladie. Ces améliorations sont modérément importantes et cliniquement significatives. La réhabilitation constitue un élément important de la prise en charge de la BPCO.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'utilisation généralisée de la réhabilitation pulmonaire dans la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) devrait être précédée d'améliorations prouvées de la fonction attribuables à ces programmes. Cette revue est une mise à jour de la revue de 2001.

Objectifs : 

Déterminer l'impact de la réhabilitation sur la qualité de vie liée à la santé et la capacité d'exercice des patients atteints de BPCO.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons identifié des ECR supplémentaires dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les voies respiratoires. Les recherches étaient à jour en juillet 2004.

Critères de sélection : 

Nous avons sélectionné les ECR portant sur la réhabilitation de patients atteints de BPCO et mesurant la qualité de vie et/ou la capacité fonctionnelle (CFE) ou maximale (CME) à l'exercice. La réhabilitation était définie comme un programme d'exercices d'une durée d'au moins quatre semaines avec ou sans formation et/ou soutien psychologique. Les groupes témoins recevaient les soins de proximité habituels sans réhabilitation.

Recueil et analyse des données : 

Nous avons calculé les différences moyennes pondérées (DMP) à l'aide d'un modèle à effets aléatoires. Nous avons sollicité les données manquantes auprès des auteurs des principales études.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus les 23 essais contrôlés randomisés (ECR) de la revue Cochrane de 2001. Huit ECR supplémentaires (pour un total de 31) remplissaient les critères d'inclusion. Des améliorations statistiquement significatives ont été identifiées pour tous les critères de jugement. Dans quatre domaines importants de la qualité de vie (scores de dyspnée, de fatigue, de fonction émotionnelle et de contrôle du Chronic Respiratory Questionnaire), l'effet était supérieur à la différence minimum cliniquement importante de 0,5 unité (par exemple : Score de dyspnée : DMP de 1,0 unité ; intervalle de confiance à 95 % : 0,8 à 1,3 unité ; n = 12 essais). Des améliorations statistiquement significatives étaient rapportées pour deux des trois domaines du questionnaire respiratoire du St George's Hospital. Concernant la CFE et la CME, l'effet était limité et légèrement inférieur au seuil d'importance clinique pour le test de marche pendant 6 minutes (DMP : 48 mètres ; IC à 95 % : 32 à 65 ; n = 16 essais).

Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.