La vitamine A contre la pneumonie enfantine non liée à la rougeole

Les infections respiratoires aiguës, essentiellement dans leur forme pneumonique, sont la principale cause de décès chez les enfants de moins de cinq ans vivant dans les pays à faible revenu. Il a été constaté que la supplémentation en vitamine A réduisait la mortalité et la gravité des infections respiratoires chez les enfants atteints de rougeole. La mise à jour de cette revue a été entreprise afin d'évaluer l'efficacité de la vitaminothérapie A d'appoint chez les enfants souffrant d'infections respiratoires non-liées à la rougeole, et en particulier de pneumonie.

Nous avons trouvé six essais (soit 1 740 participants) ayant utilisé la vitaminothérapie A d'appoint chez des enfants atteints d'une pneumonie non liée à la rougeole. Il n'y avait pas de diminution significative de la mortalité ou de la durée d'hospitalisation. La supplémentation en vitamine A à forte dose peut entraîner une aggravation de la maladie, alors que la vitamine A à faible dose réduit significativement la récidive de la broncho-pneumonie. La vitamine A à dose modérée réduit de façon significative le temps jusqu'à rémission des signes chez les enfants ayant un taux de rétinol sérique normal. La possible raison de l'absence de bénéfice de la vitamine A pour la pneumonie non liée à la rougeole est que les effets de la vitamine A seraient spécifiques à la maladie, la vitamine A n'étant efficace que lorsque la pneumonie est compliquée par la rougeole. Une recherche supplémentaire de bonne qualité est nécessaire.

Conclusions des auteurs : 

Les données ne laissent pas apparaitre de réduction significative de la mortalité ou des mesures de morbidité, ni d'effet sur ​​l'évolution clinique de la pneumonie suite à un traitement d'appoint de vitamine A chez les enfants atteints d'une pneumonie non liée à la rougeole. Toutefois, les études n'avaient pas toutes mesuré tous les critères de jugement, ce qui limitait le nombre d'études pouvant être incorporées dans les méta-analyses, de sorte qu'il pourrait ne pas y avoir eu une puissance statistique suffisante pour détecter des différences statistiquement significatives.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les infections respiratoires aiguës, essentiellement dans leur forme pneumonique, sont les principales causes de décès chez les enfants de moins de cinq ans vivant dans les pays à faible revenu. Certains essais cliniques ont démontré que la supplémentation en vitamine A réduit la gravité des infections respiratoires et la mortalité chez les enfants atteints de rougeole.

Objectifs : 

Déterminer si un appoint en vitamine A est efficace chez les enfants diagnostiqués avec une pneumonie non liée à la rougeole.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons cherché dans The Cochrane Library, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2010, numéro 3) qui contient le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les infections respiratoires aiguës, MEDLINE (de 1996 à la 3ème semaine de juillet 2010), EMBASE (de 1990 à août 2010), LILACS (de 1985 à août 2010), CINAHL (de 1990 à août 2010), Biological Abstracts (de 1990 à août 2010), Current Contents (de 1990 à août 2010) et la Chinese Biomedicine Database (CBM) (de 1994 à juin 2010).

Critères de sélection : 

Seuls ont été inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-randomisés en groupes parallèles, dans lesquels des enfants (âgés de moins de 15 ans) atteints d'une pneumonie non liée à la rougeole étaient traités avec un appoint en vitamine A.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont extrait indépendamment les données et évalué la qualité méthodologique des essais. Des auteurs d'études ont été contactés pour fournir des informations supplémentaires.

Résultats principaux : 

Six essais impliquant un total de 1 740 enfants ont été inclus. Il n'y avait pas de réduction significative de la mortalité associée à la pneumonie chez les enfants traités avec de la vitamine A par rapport à ceux qui ne l'étaient pas (rapport des cotes (RC) regroupé 1,29 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,63 à 2,66). De plus, il n'y avait pas de différence statistiquement significative dans la durée d'hospitalisation (différence moyenne (DM) 0,08 ; IC à 95 % -0,43 à 0,59). Après supplémentation en vitamine A à haute dose la maladie s'était significativement aggravée, en comparaison avec un placebo. Cependant, une faible dose de vitamine A avait réduit significativement le taux de récidive de la broncho-pneumonie (RC 0,12 ; IC à 95 % 0,03 à 0,46). La vitamine A à dose modérée a réduit de façon significative le temps de rémission des signes chez les enfants ayant un taux de rétinol sérique normal (> 200 ug/L).

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.