Médicaments anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) pour le traitement de la douleur latérale du coude chez les adultes

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La douleur latérale du coude, ou tennis elbow, est une maladie courante entraînant une douleur au niveau du coude et de l'avant-bras et une réduction de la force et de la fonction du coude et du poignet. Elle est souvent traitée par des anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS), oralement ou en application topique.

Quatorze essais ont été inclus dans la revue. Peu d'essais ont utilisé une analyse de l'intention de traiter et la taille des échantillons de la majorité d'entre eux était limitée. Le suivi médian était de 2 semaines (de 1 à 12 semaines). Il a été prouvé que les AINS topiques sont significativement plus efficaces que le placebo en ce qui concerne la douleur [différence moyenne pondérée= -1,88, (intervalles de confiance de 95% entre -2,54 et -1,21)] et de satisfaction du participant [risque relatif 0,39, (intervalles de confiance de 95% entre 0,23 et 0,66)] à court terme. De plus, ce résultat est solide contre le possible biais introduit par l'inclusion d'essais sans assignation en aveugle et le biais de publication. Les effets indésirables rapportés ont été mineurs.

Seuls deux essais inclus ont évalué l'effet des AINS oraux et ils n'ont pas pu être combinés. Il existe des preuves du bénéfice à court terme des AINS oraux concernant la douleur et la fonction, mais ce bénéfice ne s'est pas maintenu dans la durée. Significativement plus d'effets indésirables gastro-intestinaux ont été rapportés par les patients prenant des AINS oraux [risque relatif = 3,17, (intervalles de confiance de 95% entre 1,35 et 7,41)].

À court terme, l'injection de stéroïdes peut être plus bénéfique que les AINS oraux [risque relatif de la perception du patient du bénéfice = 3,06, (intervalles de confiance de 95% entre 1,55 et 6,06)], mais cela n'a pas été prouvé à long terme.

Certains résultats soutiennent l'utilisation d'AINS topiques pour soulager la douleur latérale du coude au moins à court terme. Mais les preuves restent insuffisantes pour recommander ou déconseiller l'utilisation des AINS oraux, bien qu'il semble que l'injection soit plus efficace que les AINS oraux à court terme. Une comparaison directe entre les AINS topiques et oraux n'a pas été effectuée et aucune conclusion ne peut donc être tirée concernant la meilleure méthode d'administration.

Conclusions des auteurs : 

Certains résultats soutiennent l'utilisation d'AINS topiques pour soulager la douleur latérale du coude au moins à court terme. Mais les preuves restent insuffisantes pour recommander ou déconseiller l'utilisation des AINS oraux, bien qu'il semble que l'injection soit plus efficace que les AINS oraux à court terme. Une comparaison directe entre les AINS topiques et oraux n'a pas été effectuée et aucune conclusion ne peut donc être tirée concernant la meilleure méthode d'administration.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La douleur latérale du coude, ou tennis elbow, est une maladie courante entraînant une douleur au niveau du coude et de l'avant-bras et une réduction de la force et de la fonction du coude et du poignet. Elle est souvent traitée par des anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS), oralement ou en application topique.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité des AINS (oraux ou topiques) dans le traitement d'adultes souffrant de douleur latérale du coude en termes de réduction des symptômes (douleur), amélioration de la fonction, force de préhension et effets secondaires.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons consulté la base de données de registres d'essais du groupe de revue Cochrane sur les troubles musculo-squelettiques, le registre Cochrane des essais cliniques (librairie Cochrane, numéro 2, 2001), MEDLINE, CINAHL, EMBASE et SCISEARCH jusqu'en juin 2001.

Critères de sélection : 

Essais randomisés ou pseudo-randomisés dans toutes les langues sur les AINS (oraux ou topiques) comparés à un placebo ou à une autre intervention, ou comparant deux AINS (oraux ou topiques) entre eux, chez des adultes souffrant de douleur latérale du coude (tennis elbow). Les résultats d'intérêts étaient la douleur, la fonction, l'incapacité, la qualité de vie, la force, la satisfaction du participant par rapport au traitement et les effets secondaires.

Recueil et analyse des données : 

Deux évaluateurs ont appliqué indépendamment des critères de sélection et évalué la qualité des études.

Résultats principaux : 

Quatorze essais ont été inclus dans la revue. Peu d'essais ont utilisé une analyse de l'intention de traiter et la taille des échantillons de la majorité d'entre eux était limitée. Le suivi médian était de 2 semaines (de 1 à 12 semaines). Il a été prouvé que les AINS topiques sont significativement plus efficaces que le placebo en ce qui concerne la douleur [différence moyenne pondérée= -1,88, (intervalles de confiance de 95% entre -2,54 et -1,21)] et de satisfaction du participant [risque relatif 0,39, (intervalles de confiance de 95% entre 0,23 et 0,66)] à court terme. De plus, ce résultat est solide contre le possible biais introduit par l'inclusion d'essais sans assignation en aveugle et le biais de publication. Les effets indésirables rapportés ont été mineurs.

Seuls deux essais inclus ont évalué l'effet des AINS oraux et ils n'ont pas pu être combinés. Il existe des preuves du bénéfice à court terme des AINS oraux concernant la douleur et la fonction, mais ce bénéfice ne s'est pas maintenu dans la durée. Significativement plus d'effets indésirables gastro-intestinaux ont été rapportés par les patients prenant des AINS oraux [risque relatif = 3,17, (intervalles de confiance de 95% entre 1,35 et 7,41)].

À court terme, l'injection de stéroïdes peut être plus bénéfique que les AINS oraux [risque relatif de la perception du patient du bénéfice = 3,06, (intervalles de confiance de 95% entre 1,55 et 6,06)], mais cela n'a pas été prouvé à long terme.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.