Il n'existe pas de preuves indiquant que la suppression hormonale, soit avant soit après une intervention chirurgicale visant à traiter l'endométriose, soit associée à un bénéfice

L'endométriose est causée par la propagation de la muqueuse de l'utérus (endomètre) en dehors de l'utérus. Elle peut provoquer des douleurs pelviennes, des douleurs menstruelles et une infertilité. Les traitements courants sont la suppression hormonale à l'aide d'un traitement médical visant à réduire la taille des implants endométriaux ou la chirurgie laparoscopique (réalisation de petites incisions dans l'abdomen) visant à éliminer les zones visibles d'endométriose. Il n'existe pas de preuves indiquant que la suppression hormonale, soit avant soit après une intervention chirurgicale, soit associée à un bénéfice, par rapport à une intervention chirurgicale seule.

(Synopsis préparé par le groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité)

Conclusions des auteurs : 

Il n'existe aucune preuve d'un bénéfice associé au traitement médical post-chirurgical et les preuves sont insuffisantes pour déterminer si le traitement médical pré-chirurgical est d'un quelconque bénéfice, au vu des résultats évalués.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'endométriose est une affection gynécologique courante qui affecte environ 10 % des femmes en âge de procréer (Ozkan 2008). Les symptômes courants sont la dysménorrhée, les douleurs pelviennes, l'infertilité ou une masse pelvienne. Le diagnostic par laparoscopie ou laparotomie permet l'identification du siège, de l'ampleur et de la sévérité de la maladie. L'intervention chirurgicale peut comprendre l'élimination (excision) ou la destruction (ablation) du tissu endométriosique, la division des adhésions et l'élimination des kystes endométriosiques. L'excision laparoscopique ou l'ablation de l'endométriose s'est avérée efficace dans la prise en charge de la douleur en cas d'endométriose légère à modérée. Un traitement médical pré- ou post-opératoire d'appoint peut prolonger l'intervalle sans symptômes.

Objectifs : 

Afin de déterminer l'efficacité des traitements médicaux permettant une suppression hormonale avant ou après une intervention chirurgicale visant à traiter l'endométriose dans l'amélioration des symptômes douloureux, la réduction de la récidive de la maladie et l'augmentation des taux de grossesse,

Stratégie de recherche documentaire : 

nous avons effectué une recherche dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité (recherche effectuée en septembre 2010), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans The Cochrane Library (septembre 2010), MEDLINE (de janvier 1966 à septembre 2010), EMBASE (de janvier 1985 à septembre 2010) et les références bibliographiques des articles.

Critères de sélection : 

Les essais ont été inclus s'il s'agissait d'essais contrôlés randomisés comparant des traitements médicaux permettant une suppression hormonale avant ou après une intervention chirurgicale visant à traiter l'endométriose.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont extrait des données et évalué les risques de biais de façon indépendante. Lorsque cela était possible, les données ont été combinées en utilisant le risque relatif (RR), la différence moyenne standardisée ou la différence moyenne et les intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux : 

Seize essais ont été inclus. Deux essais de traitement médical pré-chirurgical n'ont montré aucun signe de bénéfice par rapport à une intervention chirurgicale seule. Il n'y avait pas de preuve d'un bénéfice de la suppression hormonale post-chirurgicale de l'endométriose par rapport à une intervention chirurgicale seule pour les résultats relatifs à la douleur, la récidive de la maladie ou les taux de grossesse (RR 0,84, IC à 95 % 0,59 à 1,18). La recherche n'a permis d'identifier aucun essai comparant la suppression hormonale de l'endométriose avant et après une intervention chirurgicale à une intervention chirurgicale seule. Un essai n'a trouvé aucune preuve indiquant que la suppression hormonale pré-chirurgicale était différente de la suppression hormonale post-chirurgicale pour le résultat relatif à la douleur. Un autre essai unique comparant le traitement médical post-chirurgical à un traitement aussi bien pré- que post-chirurgical n'a trouvé aucune différence dans les résultats des scores de l'AFS (American Fertility Society) et du taux de grossesse.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.