Supplémentation en micronutriments pour les enfants et les adultes atteints du VIH

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

De multiples suppléments en micronutriments ont des effets bénéfiques et sont sûrs pour les femmes enceintes atteintes du VIH et leur progéniture. Les suppléments en vitamine A et en zinc sont bénéfiques et sûrs pour les enfants exposés et atteints du VIH. Des recherches plus approfondies sont nécessaires afin de construire les bases de preuve quant aux effets des suppléments simples chez les adultes et les enfants dans divers contextes.

Conclusions des auteurs : 

Plusieurs suppléments en micronutriments ont réduit la morbidité et la mortalité des femmes enceintes atteintes du VIH et leur progéniture, et ont également amélioré la croissance précoce de l'enfant lors d'un large essai contrôlé randomisé conduit en Afrique. Des recherches supplémentaires doivent être effectuées afin de déterminer si ces résultats peuvent être généralisés. La supplémentation en vitamine A est bénéfique et inoffensive pour les enfants atteints du VIH, mais d'autres preuves sont nécessaires afin de déterminer si la supplémentation peut conférer des bénéfices similaires chez les adultes infectés par le VIH. Le zinc est sûr pour les adultes et enfants atteints du VIH. Il pourrait offrir des bénéfices similaires pour les enfants et adultes atteints du VIH, ainsi que pour les enfants non-atteints mais présentant une diarrhée, comme il l'offre aux enfants non-atteints du VIH.

D'autres essais de suppléments simples (vitamine D, zinc et sélénium) devront être réalisés pour enrichir la base de preuves. Les effets bénéfiques cliniques à long terme, les effets indésirables et la préparation optimale de plusieurs suppléments en micronutriments nécessitent la conduite d'études complémentaires auprès d'individus présentant divers états de la maladie.

 

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les déficiences en micronutriments sont largement répandues et font partie des effets de la maladie du VIH ; les suppléments en micronutriments pourraient être efficaces et sûrs pour réduire cette comorbidité.

Objectifs : 

Évaluer si les suppléments en micronutriments sont efficaces et sûrs dans la réduction de la mortalité et la morbidité chez les adultes et les enfants atteints du VIH.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons examiné les bases de données CENTRAL, EMBASE, PubMed et GATEWAY à la recherche d'essais contrôlés randomisés sur les suppléments de micronutriments à l'aide des méthodes de recherche du groupe VIH/SIDA Cochrane.

Critères de sélection : 

Des essais contrôlés randomisés ont été sélectionnés qui comparaient les effets des suppléments en micronutriments (vitamines, oligoéléments et leurs combinaisons) à d'autres suppléments, un placebo ou l'absence de traitement, sur la mortalité, la morbidité, la grossesse, les indicateurs immunologiques et les mesures anthropométriques chez les adultes et les enfants atteints du VIH. Tout effet indésirable de la supplémentation était répertorié.

Recueil et analyse des données : 

Deux évaluateurs ont indépendamment sélectionné les essais, évalué leur qualité méthodologique et leurs risques de biais à l'aide de critères standardisés et extrait des données à l'aide de formulaires standardisés.

Résultats principaux : 

Seize essais additionnels ont été inclus dans cette mise à jour de la revue systématique Cochrane originale (Irlam 2005). En tout, 30 essais impliquant 22 120 participants ont été évalués : 20 essais de suppléments simples (vitamine A, vitamine D, zinc, sélénium) et 10 essais de plusieurs micronutriments. Huit essais ont été réalisés chez des populations d'enfants.

Aucun de ces six essais de supplémentation en vitamine A ou bêta-carotène chez les adultes n'a montré de réduction significative de la progression du VIH. La vitamine A a réduit de moitié la mortalité toutes causes confondues dans une méta-analyse de trois essais sur des enfants africains, a eu des effets incohérents sur la morbidité respiratoire et diarrhéique, et a amélioré la croissance à court terme dans un essai. Aucun effet indésirable significatif de la vitamine A chez les adultes ou les enfants n'a été reporté.

Les suppléments en zinc ont réduit la morbidité diarrhéique et n'ont eu aucun effet indésirable sur la progression de la maladie lors d'un essai d’innocuité réalisé sur des enfants sud-africains. Aucun effet bénéfique clinique significatif n'a été trouvé suite à la supplémentation en zinc de femmes tanzaniennes enceintes ou d'adultes péruviens avec une diarrhée persistante.

Le sélénium a réduit la morbidité diarrhéique chez les femmes tanzaniennes enceintes et a réduit la charge virale au cours de deux petits essais séparés réalisés sur des adultes américains.

Des essais uniques de supplémentation en vitamine D chez des adultes, adolescents et enfants, a démontré la sécurité mais aucun bénéfice clinique.

Plusieurs suppléments en micronutriments conféraient différents effets bénéfiques cliniques aux femmes enceintes et à leur progéniture lors d'un large essai conduit en Tanzanie. La supplémentation, lors d'un autre essai tanzanien, a réduit la récurrence de TB pulmonaire et augmenté le gain de poids chez des patients co-infectés. Aucun effet indésirable notable n'a été signalé.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.