Rayonnement bêta utilisé pour la chirurgie du glaucome

L'objectif de la chirurgie du glaucome est de réduire la pression oculaire. Le résultat de la chirurgie du glaucome peut être affecté par la vitesse à laquelle la plaie chirurgicale cicatrise. Le rayonnement bêta a été proposé comme traitement rapide et simple permettant de ralentir la réponse de cicatrisation. Il est appliqué au cours de l'opération à l'aide d'un applicateur radioactif qui émet des rayons bêta qui ont uniquement une pénétration très locale à une profondeur inférieure à un millimètre. L'intensité de l'émission de l'applicateur (généralement Strontium-90) détermine la durée d'application sur le site chirurgical de manière à délivrer la dose requise de rayonnements qui prévient efficacement la formation de tissu cicatriciel.

Nous avons découvert quatre essais qui randomisaient 551 personnes à la trabéculectomie avec rayonnement bêta par rapport à la trabéculectomie seule. Les personnes ayant eu une trabéculectomie avec rayonnement bêta avaient moins de chance d'avoir une pression oculaire trop élevée un an après la chirurgie par rapport aux personnes qui avaient eu une trabéculectomie seule. Pour autant, les personnes ayant eu des rayons bêta avaient un risque accru de cataracte après la chirurgie.

Conclusions des auteurs : 

La trabéculectomie avec rayonnement bêta a un risque plus faible d'échec chirurgical par rapport à la trabéculectomie seule. Un essai sur le rayonnement bêta par rapport à un anti-métabolite est nécessaire.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Le résultat de la chirurgie du glaucome peut être affecté par la vitesse à laquelle la plaie chirurgicale cicatrise. Le rayonnement bêta a été proposé comme traitement rapide et simple permettant de ralentir la réponse de cicatrisation.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité du rayonnement bêta pendant une chirurgie du glaucome (trabéculectomie).

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur l'œil et la vision) (The Cochrane Library 2012, numéro 3), MEDLINE (de janvier 1950 à mars 2012), EMBASE (de janvier 1980 à mars 2012), le méta-registre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) et le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP pour « International Clinical Trials Registry Platform ») (www.who.int/ictrp/search/en). Aucune restriction concernant la langue ou la date n'a été appliquée aux recherches électroniques d'essais. Les dernières recherches dans les bases de données électroniques ont été effectuées le 26 mars 2012.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés comparant la trabéculectomie avec rayonnement bêta et la trabéculectomie sans rayonnement bêta.

Recueil et analyse des données : 

Nous avons collecté les données sur les échecs chirurgicaux (pression intraoculaire > 21 mmHg), la pression intraoculaire et les effets indésirables de la chirurgie du glaucome. Nous avons regroupé les données au moyen d'un modèle à effet fixe.

Résultats principaux : 

Nous avons découvert quatre essais qui randomisaient 551 personnes à la trabéculectomie avec rayonnement bêta par rapport à la trabéculectomie seule. Deux essais étaient composés de personnes de type caucasien (126 participants), un essai composé de personnes de type africain (320 participants) et un essai composé de personnes de type asiatique (105 personnes). Les personnes qui ont eu une trabéculectomie avec rayonnement bêta avaient un risque inférieur d'échec chirurgical par rapport aux personnes qui avaient eu une trabéculectomie seule (rapport de risque (RR) regroupé 0,23 (IC à 95 % 0,14 à 0,40). Le rayonnement bêta était associé à un risque accru de cataracte (RR 2,89, IC à 95 % 1,39 à 6,0).

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.