Aucune preuve n'indique si le retrait du vernis à ongles et des bagues prévient l'infection des plaies après l'opération

Les personnes subissant une opération peuvent être victimes d'une grave infection de la plaie en raison de bactéries (germes) présentes sur les mains du personnel en bloc opératoire (médecins, infirmiers et assistants). Le personnel du bloc opératoire se frotte les mains vigoureusement avant les opérations afin de réduire le nombre de bactéries qu'elles transportent. Il est possible que le vernis à ongles et les bagues (les bijoux) cachent des bactéries et réduisent l'efficacité du lavage des mains. Cette revue n'a pas pu identifier d'essais étudiant l'effet du port de bagues par le personnel du bloc, mais a trouvé un essai de petite taille qui étudiait le nombre de bactéries avant et après le lavage sur les mains du personnel du bloc ayant les ongles vernis et non vernis. Cet essai n'a pas identifié de différence nette entre le nombre de bactéries sur les ongles vernis et non vernis, mais des preuves provenant d'essais supplémentaires sont nécessaires pour pouvoir être certains qu'il s'agisse d'un résultat vrai.

Conclusions des auteurs : 

Aucun essai n'a cherché à déterminer si le port de vernis à ongles ou de bagues affectait le taux d'infection des plaies chirurgicales. Les preuves sont insuffisantes pour déterminer si le port de vernis à ongles affecte le nombre de bactéries sur la peau après lavage.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les infections des plaies chirurgicales peuvent être provoquées par le transfert de bactéries des mains des équipes chirurgicales aux patients au cours des opérations. Le lavage chirurgical avant l'opération réduit le nombre de bactéries sur la peau, mais le port de bagues et de vernis à ongles sur les doigts peut réduire l'efficacité du lavage, car des bactéries peuvent rester dans les imperfections microscopiques du vernis à ongles et sur la peau sous les bagues.

Objectifs : 

Évaluer l'effet de la présence ou de l'absence de bagues et de vernis à ongles sur les mains de l'équipe chirurgicale sur les taux d'infection postopératoire des plaies.

Stratégie de recherche documentaire : 

Pour cette cinquième mise à jour, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les plaies et contusions (recherche datant du 23 juillet 2014) ; le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane); Ovid MEDLINE ; Ovid MEDLINE In-Process & Other Non-Indexed Citations ; Ovid EMBASE et EBSCO CINAHL.

Critères de sélection : 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant l'effet du port ou du retrait de bagues et de vernis à ongles sur l'efficacité du lavage chirurgical et le taux d'infection postopératoire des plaies.

Recueil et analyse des données : 

Tous les résumés ont été vérifiés par rapport à une liste de contrôle afin de déterminer s'ils remplissaient les critères d'inclusion. Les rapports complets des études pertinentes ont été obtenus. Les rapports des essais exclus ont été vérifiés par tous les auteurs afin de garantir une exclusion appropriée.

Résultats principaux : 

Nous n'avons identifié aucun nouvel essai, aucun ECR comparant le port de bagues au retrait des bagues, et aucun essai portant sur le vernis à ongles versus l'absence de vernis à ongles et mesurant les taux d'infection postopératoire.

Nous avons trouvé un ECR de petite taille (102 instrumentistes) qui évaluait l'effet du vernis à ongles sur le nombre de bactéries souches restant sur les mains après lavage chirurgical préopératoire. Les instrumentistes avaient soit des ongles non vernis, un vernis à ongles fraîchement posé (moins de deux jours) ou un vernis à ongles ancien (plus de quatre jours). Aucune différence significative n'a été observée entre les groupes quant au nombre de bactéries sur les mains avant et après lavage chirurgical.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.