Dispositifs grossissants ou aides à la lecture chez les adultes atteints de basse vision

Le nombre de personnes atteintes de basse vision est en augmentation avec le vieillissement population. Les aides grossissantes optiques et électroniques sont couramment prescrites pour aider les personnes à maintenir la capacité à lire lorsque leur vision commence à se dégrader, mais continuent de présenter certaines capacités visuelles. Nous avons examiné les preuves concernant l'effet des aides à la lecture pour que les personnes atteintes de basse vision puissent lire, avec pour objectif d’étudier s’il existe des différences de performances en lecture au moyen de dispositifs optiques conventionnels, tels que les loupes microscopiques portatives ou statiques, en comparaison avec les dispositifs optiques télescopiques, ou les dispositifs électroniques tels que les loupes électroniques statiques et portables et les écrans de télévisions en circuit fermé. Les recherches couvraient les études publiées jusqu' en janvier 2013.

Nous avons trouvé 10 études (424 participants) comparant la performance de lecture, principalement la vitesse de la lecture chez les adultes qui sont suivis par des spécialistes en basse vision. La plupart des personnes ont été affectés par la dégénérescence maculaire, entraînant une perte de la vision centrale et qui est souvent liée à l'âge.

Les résultats d’études de petite taille et de qualité faible ou modérée n'étaient pas concluants, bien qu'ils aient suggéré un rétablissement plus rapide concernant la vitesse de la lecture avec les dispositifs électroniques statiques ou portables comparés aux loupes otiques statiques ou portables. Ils ont également suggéré que les casques électroniques de visualisation étaient moins performants que les loupes optiques grossissantes. La technologie et la polyvalence des dispositifs électroniques pourraient avoir été développées et améliorées depuis la réalisation de ces essais entre 1991 et 2005.

Une étude suggérait que les lunettes à prismes ou les lunettes de vue spéciales, qui sont parfois prescrites pour essayer d'aider les personnes souffrant de la perte de vision centrale à visualiser des objets en dehors des angles morts, n'étaient pas plus efficaces que les lunettes de vue conventionnelles pour les personnes atteintes d’une dégénérescence maculaire liée à l'âge.

Conclusions des auteurs : 

Il n'existe pas suffisamment de preuves sur l'effet des différents types d’aide à la performance de la lecture pour les personnes atteintes de basse vision. Des recherches seraient nécessaires pour déterminer quelles sont les caractéristiques des patients pouvant détecter une amélioration avec différents dispositifs électroniques, y compris les plus coûteux. Des recherches de meilleure qualité devraient également évaluer l'utilisation à long terme de chaque dispositif. Les auteurs des études évaluant plusieurs dispositifs sur la même personne devraient considérer les problèmes de rapport et de configuration liés à la présentation séquentielle et au plan d'étude croisé.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'objectif de la rééducation d’une basse vision est de permettre aux patients de reprendre ou de continuer à réaliser les tâches de la vie quotidienne, la lecture étant l'une des plus importantes. Ceci est obtenu au moyen de dispositifs optiques appropriés et de formations à l'utilisation d'aides pour les visions résiduelles et les basses visions, allant des simples loupes optiques grossissantes aux caméras ultra-grossissantes.

Objectifs : 

Évaluer les effets des aides en lecture chez les adultes atteints d’une basse vision.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur l'œil et la vision) ( La Bibliothèque Cochrane 2013, numéro 1), Ovid MEDLINE, Ovid MEDLINE en cours et autres citations non-indexées, le quotidien Ovid MEDLINE, Ovid OLDMEDLINE (de janvier 1950 à janvier 2013), EMBASE (de janvier 1980 à janvier 2013), Latin American and Caribbean Literature on Health Sciences (LILACS) (de janvier 1982 à janvier 2013), OpenGrey (Système d’information de la littérature grise en Europe) ( www.opengrey.eu/), the metaRegistre des essais contrôlés (mRCT) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov/) et WHO International Clinical Trials Registry Platform (ICTRP) (www.who.int/ictrp/search/en). Nous n'avons appliqué aucune restriction de langue ou de date aux recherches électroniques des essais. La dernière consultation des bases de données était le 31 janvier 2013. Nous avons effectué des recherches dans les listes bibliographiques des articles pertinents, nous avons utilisé l’Indice des Citations Scientifiques pour trouver des articles qui citaient les études incluses et nous avons contacté des investigateurs et des fabricants spécialisés dans les dispositifs de basse vision. Nous avons effectué une recherche manuelle dans l British Journal of Visual Impairment De 1983 à 1999 et le Journal of Visual Impairment and Blindness De 1976 à 1991.

Critères de sélection : 

Cette revue inclut des essais randomisés et quasi-randomisés dans lesquels tout dispositif ou aide utilisés pour la lecture avait été comparé à un autre dispositif ou une autre aide chez les patients âgés de 16 ou plus atteints d’une basse vision telle que définie par les investigateurs de l'étude.

Recueil et analyse des données : 

Au moins deux auteurs ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus dans la revue neuf études de petite taille avec un plan d'étude croisé (soit 181 patients) et une étude à trois groupes parallèles (243 participants). Toutes les études avaient rendu compte du principal critère de jugement et des résultats pour la vitesse de la lecture.

Deux études portant sur 92 participants ont découvert des preuves de qualité faible ou modérée, suggérant que la vitesse de la lecture est plus rapide avec les dispositifs électroniques statiques ou les dispositifs électroniques avec une caméra installée dans la souris que les loupes grossissantes optiques, qui, dans ces essais, étaient généralement des lentilles microscopiques statiques ou, plus fréquemment, portables. Dans une autre étude, portant sur 20 participants, il y avait des preuves de qualité modérée attestant que les dispositifs optiques sont meilleurs que les dispositifs électroniques statiques (quatre types).

Trois études (93 participants), avec des preuves de faible qualité, attestaientt que la lecture à l'aide de casques électroniques de visualisation était moins rapide qu'avec les dispositifs électroniques statiques. Il se pourrait que la technologie des dispositifs électroniques ait été modifiée et améliorée depuis la réalisation de ces études.

Une étude ne suggérait aucune différence entre des lunettes- loupes diffractives et des loupes de réfraction (15 participants) ou aplanétiques (15 participants).

Une étude de 10 personnes suggérait que plusieurs filtres en verre coloré n'étaient pas plus efficaces et pouvaient être pire qu'un filtre clair.

Une étude en groupes parallèles portant sur 243 participants atteints de la dégénérescence maculaire liée à l'âge a découvert que les lunettes à prisme standard ou ajusté n’étaient pas différentes des lunettes de lecture classiques, bien que les données ne fournissaient pas d’estimations précises concernant la performance.

Notes de traduction : 
Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.