L'exercice physique chez les adultes souffrant de néphropathie chronique

Les programmes d’activité physique sont basés sur la fréquence, l'intensité et la durée de l'exercice physique ainsi que sur le type d'activité et le niveau de forme physique initial de la personne. Tous ces facteurs doivent être pris en compte si l'on vise à atteindre un objectif par l'exercice physique régulier ou la rééducation.

Quarante-cinq études incluant 1863 participants randomisés ont été inclues dans cette revue. Trente-deux études présentaient des données qui pouvaient être inclues dans les méta-analyses. Cette revue a démontré qu'un exercice physique régulier améliorait significativement la forme physique, le fonctionnement physique (par ex. la capacité de marche) et la qualité de vie liée à la santé chez les adultes souffrant de néphropathie chronique (NPC). Des effets bénéfiques ont également été observés pour d’autres critères d’évaluation, comme pour la pression artérielle, mais avec un niveau de preuve légèrement inférieur en raison du petit nombre d'études et/ou de trop petites populations d'étude. Les effets bénéfiques ont été observés tant chez les adultes atteints de NPC mais ne nécessitant pas encore de dialyse, que chez les patients sous dialyse (hémodialyse et dialyse péritonéale) et chez les transplantés rénaux.

Cette revue systématique avec méta-analyse présente des données probantes pour les cliniciens et les patients concernant le type de programme d’exercice physique (type d'exercice, intensité, fréquence et durée de l'exercice) qu'il convient d'utiliser pour optimiser l'ampleur de l'effet. Les résultats devraient être mis en œuvre par les cliniciens qui doivent encourager et informer les adultes atteints de NPC qu'il existe des preuves scientifiques de l'effet bénéfique de l'exercice physique régulier, et qu'ils devraient effectuer des séances d'exercice adéquates afin d'atteindre les objectifs du patient et du praticien par cet exercice régulier.

Conclusions des auteurs : 

Les preuves existent concernant un effet bénéfique significatif de l'exercice physique régulier sur la condition physique, la capacité de marche, les paramètres cardiovasculaires (pression artérielle et fréquence cardiaque par exemple), la qualité de vie liée à la santé ainsi que sur certains paramètres nutritionnels chez les adultes atteints de NPC. D'autres résultats manquaient de preuves, en raison du manque de données provenant d'ECR. La conception de la séance d'exercice influe sur la taille de l'effet et doit être prise en compte lors de la prescription d'exercices dans le but d'obtenir un certain résultat. Les futures ECR devraient se concentrer davantage sur les effets des exercices de résistance ou sur la combinaison d'entraînement cardiovasculaire et d'exercices de résistance car ces types d'exercices n'ont pas été étudiés autant que l'entraînement cardiovasculaire.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La néphropathie chronique (NPC) est un problème de santé publique mondial. Dans les directives du National Kidney Foundation Disease Outcomes Quality Initiative il est souligné que les questions de mode de vie, comme l'activité physique, devraient être considérées comme les points fondamentaux du traitement. La forme physique chez les adultes atteints de NPC est si réduite que cela affecte leur capacité à effectuer les tâches quotidiennes ainsi que leur activité professionnelle. Un nombre croissant d'études a été publié concernant les effets sur la santé de divers programmes d'exercice physique régulier chez les adultes atteints de NPC et chez les transplantés rénaux.

Objectifs : 

Nos objectifs étaient : 1) évaluer les effets de l'exercice régulier chez les adultes atteints de NPC et chez les transplantés rénaux ; et 2) déterminer comment le programme d'exercice doit être conçu (par ex. le type, la durée, l'intensité et la fréquence de l'exercice) pour pouvoir agir sur la forme et le fonctionnement physiques, le niveau d'activité physique, les dimensions cardio-vasculaires, la nutrition, les lipides, le métabolisme du glucose, l'inflammation systémique, la morphologie et la morphométrie musculaires, les taux d'abandon, la conformité, les événements indésirables et la mortalité.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons recherché dans le registre spécialisé du Groupe Cochrane rénal et dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, Web of Science, BIOSIS, Pedro, Amed, AgeLine, PsycINFO et KoreaMed. Nous avons également cherché manuellement dans les listes bibliographiques d'articles de synthèse et inclus des études et des résumés figurant dans des comptes-rendus de congrès. Il n'y eu aucune restriction de langue.

Date de la dernière recherche : mai 2010.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus tout essai contrôlé randomisé (ECR) réalisé sur des adultes transplantés rénaux ou souffrant de NPC et se prêtant à tout type de programme d'exercice physique sur une période d'au moins huit semaines. Ont été exclues les études portant sur moins de huit semaines d'exercice, celles ne faisant que recommander une augmentation de l'activité physique, et les études dans lesquelles les co-interventions ne sont pas appliquées ou ne sont pas appliquées aux deux groupes.

Recueil et analyse des données : 

L'extraction des données et l'évaluation de la qualité de l'étude et des données ont été réalisées indépendamment par deux auteurs. Les critères de jugement continus sont présentés sous forme de différence moyenne standardisée (DMS) ou de différence moyenne (DM) avec leur intervalle de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux : 

Quarante-cinq études incluant 1863 participants randomisés ont été inclues dans cette revue. Trente-deux études présentaient des données pouvant être incluses dans une méta-analyse. Les types d'exercice physique comprenaient l'entraînement cardiovasculaire, la combinaison d'entraînement cardiovasculaire et d'exercices de résistance, les exercices de résistance seuls et le yoga. Certaines études utilisaient des séances d'exercice supervisées alors que d'autres utilisaient des séances non supervisées. L'intensité de l'exercice était classée 'élevée' ou 'faible', la durée d'exercice variait entre 20 minutes/séance et 110 minutes/séance, et chaque étude s'étalait sur 2 à 18 mois. Dix-sept pour cent des études furent classées comme n'étant globalement entachées que d'un faible risque de biais, 33% d'un risque modéré et 49% d'un risque élevé. Les résultats montrent que l'exercice régulier améliore significativement : 1) la forme physique (capacité aérobie, 24 études, 847 participants : DMS -0,56 , IC 95% -0,70 à -0,42; capacité de marche, 7 études, 191 participants : DMS -0,36 , IC 95% -0,65 à -0,06); 2) les dimensions cardiovasculaires (pression artérielle diastolique au repos, 11 études, 419 participants : DM 2,32 mm Hg, IC 95% 0,59 à 4,05 ; pression artérielle systolique au repos, 9 études, 347 participants : DM 6,08 mm Hg, IC 95% 2,15 à 10,12 ; rythme cardiaque, 11 études , 229 participants : DM 6 bpm, IC 95% 10 à 2); 3) certains paramètres nutritionnels (albumine, 3 études, 111 participants: DM -2,28 g/L, IC 95% -4,25 à -0,32 ; pré-albumine, 3 études, 111 participants : DM -44,02 mg/L, IC 95% -71,52 à -16,53 ; apport énergétique, 4 études, 97 participants : DMS -0,47 , IC 95% -0,88 à -0,05) ; et 4) la qualité de vie liée à la santé. Les résultats ont également montré comment l'exercice devait être conçu de manière à optimiser l'effet. Les autres résultats n’avaient pas de preuve suffisante.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.