Ventilation oscillatoire à haute fréquence versus ventilation conventionnelle chez les nourrissons atteints de troubles pulmonaires sévères nés à terme ou à l'approche du terme

Chez les bébés nés à terme ou à l'approche du terme (plus de 34 semaines de gestation) qui souffrent d'insuffisance respiratoire sévère liée à une pneumopathie, aucune preuve issue d'essais contrôlés randomisés ne suggère que la ventilation oscillatoire à haute fréquence est supérieure à la ventilation mécanique conventionnelle.

Tous les résultats des nourrissons étaient similaires dans les deux groupes de traitement.

Conclusions des auteurs : 

Aucune donnée issue d'essais contrôlés randomisés ne permet de recommander le recours à une VOHF de secours chez les nourrissons nés à terme ou à l'approche du terme atteints de troubles pulmonaires sévères. Chez ces nourrissons, la situation est compliquée par diverses pathologies et l'incidence d'autres interventions (surfactant, oxyde nitrique inhalé, inotropes). Des essais contrôlés randomisés sont nécessaires afin d'établir le rôle de la VOHF non urgente ou de secours chez les nourrissons nés à terme ou à l'approche du terme atteints de troubles pulmonaires avant que l'utilisation de ce mode de ventilation ne soit généralisée chez ces nourrissons.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La pneumopathie est une cause majeure de mortalité et de morbidité chez les nourrissons nés à terme ou à l'approche du terme. La ventilation conventionnelle (VC) est utilisée depuis de nombreuses années mais pourrait entraîner des lésions pulmonaires, exiger le recours subséquent à un traitement plus invasif tel qu'une oxygénation par circulation extracorporelle (OCEC) ou entraîner le décès du patient. Certaines études observationnelles indiquent que la ventilation oscillatoire à haute fréquence (VOHF) pourrait être plus efficace que la VC chez ces nourrissons.

Objectifs : 

Déterminer les effets de la VOHF par rapport à la VC sur la mortalité et la morbidité des nourrissons nés à 35 semaines d'âge gestationnel ou plus et atteints d'insuffisance respiratoire sévère exigeant une ventilation mécanique.

Stratégie de recherche documentaire : 

Les méthodes de recherche standard du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie ont été appliquées. Des recherches ont été effectuées en janvier 2009 dans la Bibliothèque Cochrane, MEDLINE et EMBASE ainsi que les revues précédentes, y compris les références croisées, les résumés et les actes de congrès et de symposium, des experts ont été contactés et des recherches manuelles ont été réalisées par la Collaboration Cochrane dans des revues médicales.

Critères de sélection : 

Les essais randomisés ou quasi-randomisés comparant une VOHF à une VC chez des nourrissons nés à terme ou à l'approche du terme atteints d'insuffisance respiratoire réfractaire ont été inclus dans cette revue.

Recueil et analyse des données : 

Les méthodes standard du groupe Cochrane sur la néonatologie ont été appliquées. Les investigateurs ont extrait, évalué et codé séparément toutes les données de chaque étude. Des discussions ont permis de résoudre tout désaccord. Les données ont été synthétisées à l'aide du risque relatif [RR avec (intervalles de confiance (IC) à 95 %)] et de la différence moyenne (avec écart type, SD).

Résultats principaux : 

Deux essais répondaient aux critères d'inclusion. Un essai portant sur le recours non urgent à une VOHF randomisait 118 nourrissons au début de la VC. L'autre essai portant sur une VOHF dite de secours randomisait 81 nourrissons présentant une insuffisance respiratoire tardive sous VC. Aucun des essais ne rapportait de preuve de réduction de la mortalité à 28 jours ou d'échec du traitement avec le mode de ventilation assigné exigeant un passage à l'autre mode de ventilation. Aucune étude ne rapportait de différences significatives en termes de risque de fuite d'air pulmonaire, de maladie pulmonaire chronique (28 jours ou plus sous oxygène) ou de lésion intracrânienne. Dans l'étude portant sur la VOHF non urgente, aucune différence n'était rapportée concernant le nombre de jours sous ventilation ou à l'hôpital. Dans l'étude portant sur une intervention de secours, aucune différence n'était observée en termes de risque de recours à une oxygénation par circulation extracorporelle.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.