Le lait maternisé versus le don de lait maternel pour l'alimentation des nouveau-nés prématurés ou de faible poids de naissance

Lorsque le propre lait d’une mère n’est pas disponible pour l'alimentation de son nouveau-né prématuré ou de faible poids de naissance, les méthodes alternatives sont soit le lait maternisé soit le lait maternel issu d’une donneuse (« lait maternel de donneuses »). Cette revue de neuf essais contrôlés randomisés suggère que l'alimentation au lait maternisé augmente les taux de croissance à court terme, mais est associée à un risque plus élevé de développer une grave maladie intestinale appelée « entérocolite nécrosante ». Il n'existe aucune preuve d'un effet sur la croissance à plus long terme ou sur le développement. D'autres essais comparant ces deux stratégies sont nécessaires. Ces essais devraient probablement comparer du lait maternisé adapté pour les nouveau-nés prématurés à du lait maternel de donneuses enrichi en nutriments.

Conclusions des auteurs : 

Chez les prématurés et les nourrissons de faible poids de naissance, l'alimentation au lait maternisé par rapport au lait maternel de donneuses a pour résultat un taux plus élevé de la croissance à court terme mais également un risque plus élevé de développer une entérocolite nécrosante. Seules des données limitées sur la comparaison de l'alimentation au lait maternisé versus au lait maternel de donneuses enrichi en nutriments sont disponibles. Cela limite l'applicabilité des résultats de cette revue car l'enrichissement en nutriments du lait maternel est désormais une pratique courante dans les soins néonataux. De futurs essais pourraient comparer la croissance, le développement et les résultats indésirables chez les nourrissons recevant du lait maternisé versus du lait maternel de donneuses enrichi en nutriments administré sous la forme d'un supplément au lait maternel de la mère ou comme régime alimentaire unique.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Lorsque la quantité de lait maternel disponible n'est pas suffisante, les sources alternatives de nutrition entérale des nourrissons prématurés ou de faible poids de naissance sont les donneuses de lait maternel et le lait maternisé artificiel. Pour les nourrissons prématurés ou de faible poids de naissance, le lait maternel de donneuses pourrait conserver certains des effets bénéfiques non-nutritionnels du lait maternel de la mère. Cependant, une alimentation au lait maternisé artificiel pourrait assurer une fourniture plus constante de nutriments à un niveau optimal. Il existe une incertitude sur la balance risques-bénéfices de l'alimentation au lait maternisé versus au lait maternel de donneuses pour les nourrissons prématurés ou de faible poids de naissance.

Objectifs : 

Déterminer l'effet de l'alimentation au lait maternisé par rapport au lait maternel de donneuses sur la croissance et le développement des nouveau-nés prématurés ou de faible poids de naissance.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2014, numéro 3), MEDLINE (de 1966 à mars 2014), EMBASE (de 1980 à mars 2014), CINAHL (de 1982 à mars 2014), les actes de congrès et les revues précédentes.

Critères de sélection : 

Essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés comparant l'alimentation au lait maternisé versus au lait maternel de donneuses chez les nourrissons prématurés ou de faible poids de naissance.

Recueil et analyse des données : 

Nous avons extrait les données en utilisant les méthodes standard du groupe Cochrane sur la néonatologie, avec une évaluation séparée de la qualité des essais et l'extraction des données par deux auteurs de la revue.

Résultats principaux : 

Neuf essais, avec 1070 nourrissons, remplissaient les critères d'inclusion. Quatre essais comparaient une préparation ordinaire de lait maternisé versus du lait maternel de donneuses et cinq comparaient du lait maternisé pour prématurés enrichi en nutriments versus du lait de donneuses de lait maternel. Seuls les deux essais les plus récents ont utilisé du lait de donneuses enrichi en nutriments. Les essais comportaient plusieurs faiblesses dans leur qualité méthodologique, spécifiquement des incertitudes quant à une méthode adéquate d’assignation secrète dans trois essais et un manque de masquage dans la plupart des essais.

Les nourrissons alimentés par du lait maternisé présentaient, à l'hôpital, des taux plus élevés d'augmentation de leur poids [différence moyenne (DM) : 2,58 (intervalle de confiance à 95 % (IC) de 1,98 à 3,71) g/kg/jour], de leur taille [DM de 1,93 (IC à 95 % 1,23 à 2,62) mm/semaine] et de leur périmètre crânien [DM de 1,59 (IC à 95 % 0,95 à 2,24) mm/semaine]. Nous n'avons pas trouvé de preuves d'un effet sur le devenir après la sortie d’hôpital en termes de croissance ou de neurodéveloppement. L’alimentation au lait maternisé a augmenté le risque d’entérocolite nécrosante : risque relatif typique de 2,77 (IC à 95 % 1,40 à 5,46); différence de risques 0,04 (IC à 95 % 0,02 à 0,07).

Notes de traduction : 
Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.