L'amniotomie seule dans le déclenchement du travail

Il n'existe pas suffisamment de preuves concernant les effets de l'amniotomie seule (rupture délibérée des membranes) pour déclencher le travail.

parfois il est conseillé de procéder au déclenchement du travail (induction) en raison d'inquiétudes relatives à la femme enceinte ou à son bébé à naître. L'amniotomie a été utilisée soit en tant que seule méthode de déclenchement du travail si les membranes peuvent être atteintes, soit avec des médicaments tels que l'ocytocine ou la prostaglandine. L'amniotomie peut donc être préférée par les femmes souhaitant avoir un travail sans médication et il est bon marché. Cependant, elle peut être éprouvante et, si après l'amniotomie il existe un long intervalle de temps avant la naissance du bébé, il existe un risque d'infection. Il y a également un risque que le cordon ombilical sorte avant le bébé. Cette revue d'essais a découvert qu'il n'existe pas suffisamment de preuves concernant les effets de l'amniotomie seule dans le déclenchement du travail.

Conclusions des auteurs : 

Les données sont insuffisantes concernant la valeur de l'amniotomie seule dans le déclenchement du travail. Tandis que d' autres méthodes modernes sont désormais disponibles pour le déclenchement du travail (agents pharmacologiques), il reste des scénarios cliniques où l'amniotomie seule serait souhaitable et appropriée, et cette méthode mérite des recherches supplémentaires. Ces recherches devraient inclure une évaluation du délai approprié entre l'amniotomie et une intervention secondaire, la satisfaction des femmes et des soignants, et l'analyse économique.

[Note : Les deux références dans la section de classification en attente de la revue pourraient modifier les conclusions de la revue après avoir été évaluées.]

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'amniotomie (rupture délibérée des membranes) est une procédure simple qui peut être utilisée seule pour le déclenchement du travail si les membranes sont accessibles, ce qui évite le recours à une intervention pharmacologique. Cependant, le délai écoulé entre l'amniotomie et le travail avéré peut ne pas être acceptable pour les cliniciens et les femmes, et dans un certain nombre de cas, le travail peut ne pas se déclencher. Cette revue fait partie d'une série de revues des méthodes de maturation cervicale et de déclenchement du travail à l'aide d'une méthodologie standardisée.

Objectifs : 

Déterminer les effets de l'amniotomie seule dans le déclenchement du travail au troisième trimestre chez les femmes ayant un fœtus vivant.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance et les bibliographies des articles pertinents (janvier 2007). Nous avons mis à jour ces recherches le 23 mai 2012 et ajouté les résultats à la section de classification en attente de la revue.

Critères de sélection : 

Les essais cliniques comparant l'amniotomie seule dans la maturation cervicale au troisième trimestre ou le déclenchement du travail à un placebo/une absence de traitement ou à d'autres méthodes mentionnées dans une liste prédéfinie de méthodes de déclenchement du travail.

Recueil et analyse des données : 

Une stratégie a été élaborée pour traiter le volume important et la complexité des données des essais concernant le déclenchement du travail. Cela a impliqué une méthode d'extraction des données en deux phases. Nous avons évalué la qualité des essais et contacté les auteurs des études pour obtenir des informations supplémentaires.

Résultats principaux : 

Deux essais, comptant respectivement 50 et 260 femmes, étaient éligibles pour inclusion dans cette revue. Aucune conclusion n'a pu être tirée à partir de comparaisons de l'amniotomie seule à l'absence d'intervention et l'amniotomie seule à l'ocytocine seule (essai de petite taille, un seul résultat pré-spécifié signalé). Aucun essai ne comparait l'amniotomie seule à des prostaglandines intracervicales. Un essai comparait l'amniotomie seule à une dose unique de prostaglandines vaginales pour les femmes ayant un col de l'utérus favorable et rapportait une augmentation significative du recours à l'augmentation de l'ocytocine dans le groupe de l'amniotomie seule (44 % contre 15 % ; risque relatif 2,85, intervalle de confiance à 95 % 1,82 à 4,46). Ce résultat doit être interprété avec prudence, car cela était le résultat d'un essai monocentrique. de plus, une intervention secondaire était pratiquée quatre heures après l'amniotomie et cet intervalle temporel peut ne pas avoir été adequat

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.