Les soins maternels kangourou pour réduire la morbidité et la mortalité chez les nourrissons de faible poids de naissance

Question de la revue : est-ce que les soins maternels kangourou (SMK) réduisent la morbidité et la mortalité chez les nourrissons de faible poids de naissance (FPN) ?

Contexte : généralement, les soins néonatals des nourrissons FPN (< 2500 g) sont coûteux et requièrent du personnel hautement qualifié ainsi que des logistiques de soutien permanentes. Les SMK ont été proposés en tant qu'alternative aux soins néonatals conventionnels de nourrissons FPN. Le principal composant des SMK est le contact corporel entre la mère et le nouveau-né. Les deux autres composants des SMK sont l'allaitement fréquent et exclusif ou quasi-exclusif et la tentative de sortie précoce de l'hôpital.

Caractéristiques des études : nous avons identifié 21 essais contrôlés randomisés (3042 nourrissons) pour l'inclusion dans cette revue en effectuant des recherches dans les bases de données médicales en juin 2016.

Résultats principaux : par rapport aux soins néonatals conventionnels, les SMK ont permis de réduire la mortalité à la sortie de l'hôpital ou au bout de 40 à 41 semaines d'âge post-menstruel et lors du dernier suivi, les infections / sepsies sévères, les infections / sepsies nosocomiales, l'hypothermie - une maladie grave - et les maladies des voies respiratoires inférieures. En outre, les SMK augmentaient le poids, la taille, le gain de périmètre crânien, l'allaitement à la sortie d'hôpital ou au bout de 40 à 41 semaines d'âge post-menstruel et lors du suivi entre un et trois mois, la satisfaction de la mère envers les méthodes de soin du nourrisson, certaines mesures d'attachement materno-infantile et de l'environnement familial. Les chercheurs n'ont noté aucune différence en termes de résultats entre le développement neurologique et les neurosensoriels à 12 mois d'âge corrigé.

Qualité des preuves : la plupart des critères de jugement importants et critiques présentaient des preuves de qualité moyenne.

Conclusions : les SMK sont une alternative efficace et sûre aux soins néonatals conventionnels chez les nourrissons FPN, principalement dans les pays aux ressources limitées.

Conclusions des auteurs : 

Les données issues de cette revue mise à jour sont favorables à l'utilisation des SMK chez les nourrissons FPN en tant qu'alternative aux soins néonatals conventionnels, principalement dans les environnements aux ressources limitées. Des informations supplémentaires sont nécessaires concernant l'efficacité et la sécurité des SMK à début précoce continus chez les nourrissons FPN relativement stabilisés ou non stabilisés, ainsi que sur les résultats du développement neurologique à long terme et les coûts des soins.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les soins maternels kangourou (SMK), initialement définis comme un contact corporel entre la mère et son nouveau-né, un allaitement fréquent et exclusif ou quasi-exclusif, et une sortie précoce de l'hôpital ont été proposés en tant qu'alternative aux soins néonatals conventionnels chez les nourrissons de faible poids de naissance (FPN).

Objectifs : 

Déterminer si des données sont disponibles pour soutenir l'utilisation des SMK chez les nourrissons FPN en tant qu'alternative aux soins néonatals conventionnels avant ou après la première période de stabilisation avec des soins conventionnels, et d'évaluer les effets bénéfiques et néfastes.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons utilisé la stratégie de recherche standard du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie. Cela inclut notamment des recherches dans les bases de données CENTRAL (registre Cochrane des essais contrôlés ; 2016, numéro 6), MEDLINE, Embase, CINAHL (Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature), LILACS (Latin American and Caribbean Health Science Information) et POPLINE (Population Information Online) [incluant toutes les bases de données depuis leur création jusqu'au 30 juin 2016], ainsi que l'ensemble des données de l’OMS pour l’enregistrement des essais cliniques (jusqu'au 30 juin 2016). En outre, nous avons effectué des recherches sur le site internet de la Kangaroo Foundation, les actes de conférences et de symposiums sur les SMK et Google Scholar.

Recueil et analyse des données : 

La collecte et l'analyse des données ont été effectuées selon les méthodes du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie.

Résultats principaux : 

Vingt et une études portant sur 3042 nourrissons remplissaient les critères d'inclusion. Dix-neuf études évaluaient les SMK chez des nourrissons FPN après la stabilisation, une étude évaluait les SMK chez des nourrissons FPN avant la stabilisation, et une autre étude comparait les SMK à début précoce avec les SMK à début tardif chez des nourrissons FPN relativement stables. Seize études évaluaient des SMK intermittents et cinq évaluaient des SMK continus.

Les SMK versus les soins néonatals conventionnels : A la sortie d'hôpital ou entre 40 à 41 semaines d'âge post-menstruel, les SMK étaient associés à une réduction statistiquement significative du risque de mortalité (risque relatif [RR] 0,60, intervalle de confiance [IC] à 95 % de 0,39 à 0,92 ; huit essais, 1736 nourrissons), d'infections / sepsies nosocomiales (RR 0,35, IC à 95 % 0,22 à 0,54 ; cinq essais, 1239 nourrissons), et d'hypothermie (RR 0,28, IC à 95 % 0,16 à 0,49 ; neuf essais, 989 nourrissons ; preuves de qualité moyenne). Lors du dernier suivi, les SMK étaient associés à un risque réduit de façon significative de la mortalité (RR 0,67, IC à 95 % 0,48 à 0,95 ; 12 essais, 2293 nourrissons ; preuves de qualité moyenne) et des infections / sepsies sévères (RR 0,50, IC à 95 % 0,36 à 0,69 ; huit essais, 1463 nourrissons ; preuves de qualité moyenne). En outre, il a été découvert que les SMK augmentent la prise de poids (différence moyenne [DM] de 4,1 g / jour, IC à 95 % 2,3 à 5,9 ; 11 essais, 1198 nourrissons ; preuves de qualité moyenne), le gain de taille (DM 0,21 cm / semaine, IC à 95 % 0,03 à 0,38 ; trois essais, 377 nourrissons) et la prise de périmètre crânien (DM 0,14 cm / semaine, IC à 95 % 0,06 à 0,22 ; quatre essais, 495 nourrissons) lors du dernier suivi, l'allaitement exclusif à la sortie d'hôpital ou entre 40 et 41 semaines d'âge post-menstruel (RR 1,16, IC à 95 % 1,07 à 1,25 ; six études, 1453 mères) et lors du suivi entre un et trois mois (RR 1,20, IC à 95 % 1,01 à 1,43 ; cinq études, 600 mères), tout allaitement (exclusif ou partiel) à la sortie de l'hôpital ou au bout de 40 à 41 semaines d'âge post-menstruel (RR 1,20, IC à 95 % 1,07 à 1,34 ; 10 études, 1696 mères ; preuves de qualité moyenne) et lors du suivi entre un et trois mois (RR 1,17, IC à 95 % 1,05 à 1,31 ; neuf études, 1394 mères ; preuves de faible qualité), et certaines mesures de l'attachement mère-nourrisson et de l'environnement familial. Aucune différence statistiquement significative n'a été observée entre les nourrissons sous SMK et les témoins dans l'échelle de Griffiths pour le développement psychomoteur à 12 mois d'âge corrigé (preuves de faible qualité). L'analyse de sensibilité a suggéré que l'inclusion d'études à risque élevé de biais n'a pas affecté la direction générale des résultats, ni l'ampleur de l'effet du traitement pour les principaux critères de jugement.

Les SMK à début précoce versus les SMK à début tardif chez les nourrissons relativement stables : Un essai comparait des SMK continus à début précoce (dans les 24 heures suivant la naissance) par rapport à des SMK continus à début tardif (après 24 heures après la naissance) chez 73 nourrissons FPN relativement stables. Les chercheurs n'ont rapporté aucune différence significative entre les deux groupes d'étude concernant la mortalité, la morbidité, les infections graves, l'hypothermie, l'allaitement, et les indicateurs nutritionnels. Les SMK à début précoce étaient associés à une réduction statistiquement significative de la durée de séjour à l'hôpital (DM 0,9 jours, IC à 95 % 0,6 à 1,2).

Notes de traduction : 

Post-édition : Pauline Leseurre (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.