Comparaison des brosses à dents électriques et manuelles pour l’entretien de la santé bucco-dentaire

Question de la revue

Cette revue a été menée afin d'évaluer les effets du brossage des dents avec une brosse à dents électrique (ou « à moteur ») par rapport à une brosse à dents manuelle pour l’entretien de la santé bucco-dentaire.

Contexte

En éliminant la plaque dentaire (un film collant contenant des bactéries) par un brossage des dents efficace, une bonne hygiène bucco-dentaire joue un rôle important dans la prévention des affections des gencives et de la carie dentaire. La plaque dentaire est la principale cause de la gingivite (une inflammation des gencives) et est impliquée dans la progression vers la parodontite, une forme plus grave de maladie des gencives affectant les tissus qui soutiennent les dents. L'accumulation de plaque dentaire peut également entraîner des caries dentaires. Les maladies gingivales et la carie dentaire sont les principales raisons de perte de dents.

Il existe sur le marché de nombreux types différents de brosses à dents électriques, dans un large éventail de prix. Elles peuvent fonctionner selon différents modes d'action (par exemple selon un mouvement latéral ou circulaire) et leur prix est également très variable. Il est important de savoir si les brosses à dents électriques sont plus efficaces pour éliminer la plaque dentaire que les brosses manuelles, et si leur utilisation réduit l'inflammation des gencives (gingivite) et prévient ou ralentit la progression de la parodontite.

Caractéristiques de l'étude

Des auteurs du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire ont mené cette revue des études existantes et les preuves sont à jour au 23 janvier 2014. La revue inclut 56 études publiées entre 1964 et 2011, dans lesquelles 5 068 participants ont été randomisés pour recevoir soit une brosse à dents électrique, soit une brosse à dents manuelle. La majorité des études inclut des adultes, et plus de 50 % des études ont utilisé un type de brosse à dents électrique agissant par rotation et oscillation (la tête de la brosse tourne dans un sens, puis dans l'autre).

Principaux résultats

Les preuves produites montrent un effet bénéfique de l'utilisation d'une brosse à dents électrique par rapport à une brosse à dents manuelle. Il y a eu une réduction de 11 % de la plaque après un à trois mois d'utilisation, et une réduction de 21 % lorsque l’élimination de la plaque dentaire était évaluée après trois mois d'utilisation. Pour la gingivite, il y a eu une réduction de 6 % au bout d'un à trois mois d'utilisation et de 11 % après trois mois. Les bénéfices que cela peut apporter pour la santé dentaire à long terme sont imprécis.

Peu d'études ont rendu compte des effets secondaires ; les effets secondaires rapportés étaient localisés et transitoires.

Qualité des preuves

Les preuves relatives à la plaque dentaire et à la gingivite ont été considérées comme de qualité modérée.

Conclusions des auteurs : 

Les brosses à dents électriques réduisent davantage la plaque dentaire et la gingivite qu’un brossage manuel, à court et long terme. L'importance clinique de ces résultats reste incertaine. Le respect des directives méthodologiques et une meilleure standardisation de la conception des études seraient bénéfiques à la fois pour les futurs essais et pour les méta-analyses.

Le coût, la fiabilité et les effets secondaires n'ont pas été systématiquement rapportés. Les effets secondaires rapportés étaient localisés et transitoires.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'élimination de la plaque dentaire peut jouer un rôle essentiel dans l’entretien de la santé bucco-dentaire. Il existe des preuves contradictoires sur les mérites relatifs des brosses à dents électriques et manuelles dans l’obtention de ce résultat. La présente revue est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2003 et précédemment mise à jour en 2005.

Objectifs : 

Comparer les brosses à dents manuelles et électriques dans la pratique quotidienne, utilisées par les personnes de tous âges, en termes d’élimination de la plaque dentaire, de santé des gencives, de décoloration et de tartre, de fiabilité, d’effets indésirables et de coût.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données électroniques suivantes : registre des essais du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire (jusqu'au 23 janvier 2014), registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane 2014, numéro 1), MEDLINE via OVID (de 1946 au 23 janvier 2014), EMBASE via OVID (de 1980 au 23 janvier 2014) et CINAHL via EBSCO (de 1980 au 23 janvier 2014). Nous avons recherché des essais en cours dans le registre des essais des US National Institutes of Health (NIH) et le système d'enregistrement des essais cliniques de l'OMS. Aucune restriction de langue ou de date de publication n’a été posée pour les recherches dans les bases de données électroniques.

Critères de sélection : 

Essais contrôlés randomisés portant sur au moins quatre semaines de brossage des dents sans surveillance avec une brosse à dents électrique ou manuelle à des fins de santé bucco-dentaire, chez les enfants et les adultes.

Recueil et analyse des données : 

Nous avons utilisé des procédures méthodologiques standard prévues par la Collaboration Cochrane. Des modèles à effets aléatoires ont été utilisés à condition qu'au moins quatre études soient incluses dans la méta-analyse, et des modèles à effets fixes dans le cas contraire. Les données ont été classées en données à court terme (un à trois mois) et à long terme (plus de trois mois).

Résultats principaux : 

Cinquante-six essais remplissaient les critères d'inclusion ; 51 essais portant sur 4 624 participants ont fourni des données pour une méta-analyse. Cinq essais étaient à faible risque de biais, cinq à haut risque et 46 avaient un risque de biais incertain.

Il existe des preuves de qualité modérée de ce que les brosses à dents électriques apportent un bénéfice statistiquement significatif par rapport aux brosses à dents manuelles en ce qui concerne la réduction de la plaque dentaire, aussi bien à court terme (différence moyenne standardisée (DMS) -0,50 (intervalle de confiance (IC) à 95 % de -0,70 à -0,31) ; 40 essais, n = 2 871) qu’à long terme (DMS de -0,47 (IC à 95 % de -0,82 à -0,11 ; 14 essais, n = 978). Ces résultats correspondent à une réduction de 11 % de la plaque dentaire pour l’indice Quigley Hein (Turesky) sur le court terme et de 21 % à long terme. Les deux méta-analyses ont montré des niveaux élevés d'hétérogénéité (I2 = 83 % et 86 % respectivement) qui n'étaient pas explicables par les différents sous-groupes par types de brosse à dents électrique.

En ce qui concerne la gingivite, il existe des preuves de qualité modérée de ce que les brosses à dents électriques apportent là encore un bénéfice statistiquement significatif par rapport aux brosses manuelles, à la fois à court terme (DMS de -0,43 (IC à 95 % de -0,60 à -0,25) ; 44 essais, n = 3 345) et à long terme (DMS de -0,21 (IC à 95 % de -0,31 à -0,12) ; 16 essais, n = 1 645). Cela correspond à une diminution de 6 % et 11 % de la gingivite selon les index de Löe et de Silness, respectivement. Les deux méta-analyses ont montré des niveaux élevés d'hétérogénéité (I2 = 82 % et 51 % respectivement) qui n'étaient pas explicables par les différents sous-groupes de types de brosse à dents électrique.

Le nombre d'essais était variable pour chaque type de brosses à dents électriques : à mouvement latéral (10 essais), à oscillation en sens inverse (cinq essais), à rotation-oscillation (27 essais), à mouvement circulaire (deux essais), à ultrasons (sept essais), ioniques (quatre essais) et de type inconnu (cinq essais). Le corpus de preuves le plus important a été recueilli pour les brosses à rotation-oscillation, qui ont donné une réduction statistiquement significative de la plaque dentaire et de la gingivite dans les deux délais d’évaluation définis.

Notes de traduction : 
Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.