Conseils diététiques pour réduire le risque cardio-vasculaire

Le régime alimentaire est un élément déterminant du risque de maladie chronique, en particulier de cardiopathie. Cette revue a évalué les effets des conseils diététiques visant à permettre aux adultes en bonne santé d'améliorer leur régime alimentaire de manière durable. Son objectif est également de déterminer si une amélioration du régime alimentaire peut réduire les facteurs de risque associés à une maladie cardiaque. Nous avons identifié 44 essais qui randomisaient des adultes en bonne santé pour des conseils diététiques ou une absence de conseils diététiques. Les améliorations du régime alimentaire recommandées aux participants des groupes expérimentaux étaient principalement axées sur la réduction de l'apport en sel et en matières grasses et l'augmentation de l'apport en fruits, légumes et fibres. Les conseils étaient fournis de diverses manières, notamment par contact personnel, séances de groupe et documents écrits. L'intensité des interventions était variable et allait d'un contact par participant à 50heures de conseils sur une période de quatre ans. Les essais duraient de 3mois à 4ans, avec une période de suivi médiane de 12mois. Des preuves d'une efficacité supérieure étaient rapportées chez les patients qui avaient été informés d'un risque de maladie cardiaque ou de cancer. Des améliorations modestes de facteurs de risque cardio-vasculaire tels que la pression artérielle et le niveau de cholestérol total et LDL étaient observées. Dans les essais qui séparaient les effets par sexe, les femmes avaient tendance à réduire davantage leur apport en matières grasses, mais les preuves étaient insuffisantes pour déterminer si cela se traduisait par une réduction plus importante du niveau de cholestérol total. Deux essais ont suivi les personnes 10 à 15 ans après la fin des essais et ont indiqué que l'évolution positive des facteurs de risque cardio-vasculaire entraînait une réduction de maladies cardiaques, daccidents vasculaires cérébraux (AVC) ou de crises cardiaques, bien que des preuves supplémentaires soient nécessaires pour confirmer cela.

Conclusions des auteurs : 

Les conseils diététiques semblent entraîner des changements bénéfiques modestes de l'alimentation et des facteurs de risque cardio-vasculaire au cours d'une période d'environ 12mois, mais on ignore leurs effets à plus long terme.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Le changement de régime alimentaire réduit probablement les maladies cardio-vasculaires et les cancers, mais les effets des conseils diététiques sont incertains. Cette revue est une mise à jour d'une revue précédente publiée en 2007.

Objectifs : 

Évaluer les effets des conseils diététiques pour atteindre un changement durable du régime alimentaire ou améliorer le profil de risque cardio-vasculaire des adultes en bonne santé.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons consulté le registre Cochrane central des essais contrôlés et les bases de données DARE et HTA dans laBibliothèque Cochrane (numéro 4, 2010), MEDLINE (Ovid) (de 1950 à la semaine 2 doctobre 2010) et EMBASE (Ovid) (de 1980 à la semaine 42 de 2010). Des recherches supplémentaires ont été effectuées dans CAB Health (1972 à décembre 1999), le registre CVRCT (2000), CCT (2000) et SIGLE (de 1980 à 2000). Les résumés de thèses et les références bibliographiques des articles ont été examinés et des chercheurs ont été contactés.

Critères de sélection : 

Études randomisées présentant une perte de suivi inférieure ou égale à 20%, durant au moins 3mois, portant sur des adultes en bonne santé et comparant des conseils diététiques à une absence de conseils diététiques ou à des conseils limités. Les essais recrutant des enfants, portant sur la perte de poids ou incluant la prise d'une supplémentation ont été exclus.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante. Les auteurs des essais ont été contactés afin dobtenir des informations supplémentaires.

Résultats principaux : 

Quarante-quatre essais présentant 52 bras d'intervention (comparaisons) et comparant des conseils diététiques à une absence de conseils diététiques, ont été inclus dans la revue ; 18 175 participants ou clusters étaient randomisés. Vingt-neuf des 44 essais inclus ont été menés aux États-Unis. Les conseils diététiques réduisaient le cholestérol sérique total de 0,15 mmol/l (IC à 95 % 0,06 à 0,23) et le cholestérol LDL de 0,16 mmol/l (IC à 95 % 0,08 à 0,24) après 3 à 24 mois. Les niveaux moyens de cholestérol HDL et de triglycérides restaient inchangés. Les conseils diététiques réduisaient la pression artérielle systolique de 2,61 mmHg (IC à 95 % 1,31 à 3,91), la tension diastolique de 1,45 mmHg (IC à 95 % 0,68 à 2,22) et l'excrétion de sodium dans les urines de 24heuresde 40.9 mmol (IC à 95 % 25,3 à 56.5) après 3 à 36 mois, mais il y avait une hétérogénéité entre les essais pour ce dernier critère de jugement. Trois essais rapportaient la présence d'antioxydants dans le plasma et signalaient de petites augmentations de la lutéine et de la ß-cryptoxanthine, mais une hétérogénéité des effets était observée entre les essais. L'apport alimentaire rapporté par les patients pourrait être sujet à un biais de notification et une hétérogénéité significative était observée dans toutes les analyses suivantes. Par rapport à l'absence de conseils, les conseils diététiques augmentaient l'apport en fruits et légumes de 1,18 pièce/jour (IC à 95 % 0,65 à 1,71). L'apport en fibres alimentaires augmentait de 6,5 g/jour avec les conseils fournis (IC à 95%, entre 2,2 à 10.82), tandis que l'apport total en matières grasses sous forme de pourcentage de l'apport énergétique total diminuait de 4.48% (IC à 95 % 2,47 à 6.48) et l'apport en graisses saturées de 2.39% (IC à 95 % 1,4 à 3,37) avec les conseils diététiques.

Deux essais ont analysé les incidents (TOHP I/II) de maladie cardio-vasculaire (MCV). Une fois la période d'intervention terminée, le suivi était complété à 77 % au bout de 10 à 15 ans et les estimations sur les taux dincidents n'étaient pas suffisamment précises, mais suggéraient que les conseils sur la restriction de sodium ont probablement conduit à une réduction des incidents cardio-vasculaires (incidents mortels et non mortels) et des revascularisations (I TOHP hazard ratio (HR) 0,59, IC à 95 % 0,33 à 1,08 ; TOHP II HR 0,81, IC à 95 % 0,59 à 1,12).

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.