Traitement médicamenteux dans l'incontinence fécale chez l'adulte

L'incontinence fécale (incapacité à contrôler la défécation ou fuite de selles liquides) est un problème de santé publique courant, qui affecte jusqu'à un adulte sur 10 vivant chez lui. Cela affecte les activités quotidiennes d'environ une à deux personnes sur 100. Elle est plus fréquente chez les personnes qui vivent dans les maisons de retraite. Des fuites d'urine peuvent également survenir. L'incontinence fécale peut être invalidante et embarrassante. Les traitements comprennent la rééducation des muscles du plancher pelvien, l'électro-stimulation, la chirurgie et les médicaments. Cette revue a passé en revue les médicaments utilisés dans l'incontinence fécale. Ces derniers comprenaient des anti-diarrhéiques ou des laxatifs pour réguler les selles, et des médicaments pour essayer de renforcer la tonicité des muscles situés autour de l'anus qui permettent de le garder fermé. Seize essais de petite taille ont été trouvés, totalisant 558 participants. La revue de ces essais a mentionné certaines données indiquant que les anti-diarrhéiques peuvent atténuer l'incontinence fécale des personnes qui ont des selles liquides. Pour autant, ces médicaments étaient associés à certaines effets secondaires. Il existait certaines données indiquant que les médicaments qui renforcent la tonicité du muscle situé autour de l'anus peuvent aider, mais des recherches complémentaires sont nécessaires.

Conclusions des auteurs : 

Le petit nombre d'essais identifiés pour cette revue a évalué plusieurs médicaments différents sur une multitude de populations de patients. L'objectif de la plupart des essais inclus était le traitement de la diarrhée, plus que l'incontinence fécale. Il existe très peu de données pour guider les cliniciens dans la sélection des thérapies médicamenteuses dans l'incontinence fécale. Des essais bien conçus à plus grande échelle, qui utilisent les recommandations et les principes définis dans la déclaration CONSORT et incluent des mesures de résultats cliniquement importants, sont requis.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'incontinence fécale (fuite lors de la défécation ou selles liquides) est un symptôme courant qui entraîne une grande détresse et atténue la qualité de vie.

Objectifs : 

Evaluer les effets de la thérapie médicamenteuse pour traiter l'incontinence fécale. En particulier, évaluer les effets des médicaments individuels par rapport à un placebo ou à d'autres médicaments, et comparer la thérapie médicamenteuse à d'autres modalités de traitement.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur l’incontinence, qui contient des essais identifiés issus du registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE et MEDLINE en cours, ainsi que des recherches manuelles dans les journaux et actes de conférence (recherches du 21.06.12) et dans les listes bibliographiques des articles pertinents.

Critères de sélection : 

Tous les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés ont été inclus dans cette revue systématique.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, passé les résumés au crible, extrait les données et évalué les risques de biais des essais inclus.

Résultats principaux : 

Seize essais ont été identifiés, totalisant 558 participants. Onze essais étaient des études croisées. Onze essais incluaient uniquement des personnes avec une incontinence fécale associée à des selles liquides (soit diarrhée chronique, après une chirurgie de la poche iléo-anale ou une chirurgie rectale, ou à cause de l'utilisation de médicaments pour perdre du poids). Deux essais concernaient des personnes qui avaient des sphincters anaux peu toniques, un avec des participants avec fécalome et fuite du bypass, et un avec des patients gériatriques. Dans un essai, il n'y avait aucune cause spécifique expliquant l'incontinence fécale.

Sept essais testaient des médicaments anti-diarrhéiques destinés à réduire l'incontinence fécale et autres symptômes intestinaux (lopéramide, diphénoxylate plus atropine et codéine). Six essais testaient des médicaments qui renforcent la fonction du sphincter anal (gel de phénylépinéphrine et valproate de sodium). Deux essais évaluaient les laxatifs osmotiques (lactulose) dans le traitement de l'incontinence fécale associée à la constipation chez les patients gériatriques. Un essai évaluait l'utilisation d'une pommade à base de zinc-aluminium dans l'incontinence fécale. Aucune étude comparant les médicaments avec d'autres modalités de traitement n'a été identifiée.

Il existait très peu de données indiquant que les anti-diarrhéiques et les médicaments qui renforcent la tonicité du sphincter anal peuvent réduire l'incontinence fécale des patients avec des selles liquides. Le lopéramide était associé à des effets indésirables plus nombreux (comme la constipation, les douleurs abdominales, la diarrhée, les maux de tête et les nausées) que le placebo. Pour autant, le dosage peut être adapté en fonction des symptômes du patient afin de minimiser les effets secondaires tout en atteignant la continence. Les médicaments agissant sur le sphincter entraînaient parfois une dermatite locale, des douleurs abdominales ou des nausées. L'utilisation de laxatifs chez des patients gériatriques a atténué les souillures fécales et le besoin de recourir à l'aide des infirmières.

La pommade à base de zinc-aluminium était associée à une qualité de vie accrue, sans effets indésirables signalés. Toutefois, l'amélioration observée de la qualité de vie était perçue dans le groupe sous placebo tout autant que dans le groupe avec traitement.

Il devra être mentionné que tous les essais inclus dans cette revue avaient des échantillons de petite taille et une période de suivi courte. L'évaluation du 'Risque de biais' était confuse pour la plupart des domaines étant donné que les informations étaient insuffisantes. Les données ne se prêtaient pas à une méta-analyse.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.