Les antibiotiques réduisent la prévalence des infections oculaires avec trachome

Le trachome est fréquent chez les personnes vivant dans des communautés défavorisées et est la principale cause de cécité d’origine infectieuse. Les épisodes répétés de conjonctivite (inflammation de la muqueuse de l'œil) provoqués par une infection à Chlamydia conduisent finalement à des lésions cicatricielles et à un retournement de la paupière vers l’intérieur. Les cils frottent sur la cornée entraînant une opacification cornéenne puis une cécité. Les antibiotiques peuvent être utilisés pour traiter l'infection à Chlamydia et peuvent être administrés sous forme de pommade ou par voie orale. La présente revue comprenait 14 essais portant sur 3587 personnes atteintes de trachome oculaire et huit essais à base communautaire (67 communautés). Un traitement antibiotique réduit la conjonctivite occasionnée par un trachome (« trachome actif ») et l'infection oculaire chez les personnes. Les essais à base communautaire ont apporté la preuve qu’un traitement par azithromycine réduit la prévalence du trachome actif et des infections oculaires à Chlamydia.

Conclusions des auteurs : 

Un traitement antibiotique permet de réduire le risque de trachome actif et d’infection oculaire chlamydiale chez les personnes infectées par C. trachomatis, mais nous n’avons aucune certitude quant à l’ampleur de son effet sur les personnes. Un traitement antibiotique de masse par azithromycine orale en dose unique réduit la prévalence du trachome actif et des infections oculaires dans les communautés.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Le trachome est la principale cause de cécité d’origine infectieuse dans le monde. En 1997, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé une Alliance mondiale pour l'élimination du trachome d'ici l'an 2020, fondée sur la stratégie CHANCE (Chirurgie, Antibiotiques, Nettoyage du visage, Changement de l’Environnement), [en anglais SAFE (Surgery, Antibiotics, Facial Cleanliness and Environmental Hygiene)].

Objectifs : 

Évaluer les éléments probants en faveur du bras antibiotique de la stratégie CHANCE en procédant à une estimation des effets des antibiotiques à la fois sur le trachome actif (objectif principal) et sur l’infection à Chlamydia trachomatis (C. trachomatis) de la conjonctive (objectif secondaire).

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre des essais du groupe Cochrane sur l'œil et la vision) (The Cochrane Library 2010, numéro 11), MEDLINE (de janvier 1950 à décembre 2010), EMBASE (de janvier 1980 à décembre 2010), le métaregistre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com) et ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) (Décembre 2010). Nous avons utilisé le Science Citation Index pour rechercher des articles qui citaient les études incluses. Nous avons effectué des recherches dans les références bibliographiques des articles identifiés et nous avons contacté les auteurs et les experts pour obtenir des informations sur d'autres études pertinentes. Aucune restriction concernant la langue ou la date de publication n'a été appliquée aux recherches d'essais. Les dernières recherches dans les bases de données électroniques ont été effectuées le 12.12.10.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus les essais randomisés qui répondaient à l’un ou l’autre des deux critères suivants : a) essais dans lesquels l'administration topique ou orale d'un antibiotique a été comparée à un placebo ou à l’absence de traitement chez des personnes ou dans des communautés atteintes de trachome, (b) essais dans lesquels un antibiotique topique a été comparé à un antibiotique oral chez des personnes ou dans des communautés atteintes de trachome. Une sous-division d'intérêt particulier concernait les essais comparant la tétracycline ou la chlortétracycline topique et l’azithromycine orale, ou dans lesquels l'un de ces traitements était comparé à un placebo ou à l’absence de traitement, car ce sont les deux antibiotiques recommandés par l'OMS. Nous avons pris en compte séparément les essais randomisés individuellement et les essais randomisés par grappes.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont indépendamment évalué la qualité méthodologique des essais et extrait les données. Nous avons contacté des investigateurs pour obtenir les données manquantes. Le cas échéant, les estimations de l'effet de chacune des études (risque relatif) ont été regroupées au moyen d’un modèle à effets aléatoires.

Résultats principaux : 

Au total, 14 essais ont randomisé des personnes atteintes de trachome en vue d'un traitement par un antibiotique oral, par un antibiotique topique, par les deux ou dans le groupe témoin (absence de traitement ou placebo) et ont été éligibles pour inclusion dans la présente revue (n = 3587). Globalement, la qualité des éléments de preuve apportés par ces essais était faible. Neuf de ces essais ont comparé un traitement antibiotique à un témoin. La plupart des études ont montré un effet bénéfique du traitement sur le trachome actif et l'infection oculaire chlamydiale à 3 et 12 mois de suivi. En raison de la grande hétérogénéité clinique et statistique entre les essais, il était difficile d’établir une estimation fiable de l'ampleur des effets du traitement. La réduction du risque relatif est vraisemblablement de l’ordre de 20 %. Sept des 14 essais ont comparé l'efficacité des antibiotiques oraux et topiques. Aucun élément ne démontre de façon probante si les antibiotiques oraux ou topiques ont été plus efficaces, même si un essai a suggéré qu'une dose unique d'azithromycine orale était significativement plus efficace que l'utilisation sans surveillance de tétracycline topique.

Huit autres essais ont évalué l'efficacité d’un traitement à base communautaire. Dans cinq essais, le traitement antibiotique a été comparé à l'absence de traitement (ou à un traitement différé) (57 communautés), et dans trois essais, un antibiotique par voie orale a été comparé à un traitement topique (12 communautés). La qualité des preuves apportées par ces essais était variable, mais les données fournies dans au moins un essai ont été considérées comme étant de qualité élevée. Il y avait des éléments probants indiquant qu’un traitement antibiotique à base communautaire réduit la prévalence du trachome actif et des infections oculaires 12 mois après l’administration d’un traitement en dose unique. Il y avait quelques éléments probants indiquant que l'azithromycine par voie orale est plus efficace, à titre de traitement communautaire, que la tétracycline topique. Les données relatives aux événements indésirables n’ont pas été rapportées systématiquement ; toutefois, il n’a été signalé aucun événement indésirable grave lié au traitement par azithromycine orale ou tétracycline topique ; dans une étude réalisée sur un échantillon de 671 personnes traitées par azithromycine, 10 % à 15 % d’entre elles ont présenté des effets indésirables gastrointestinaux (nausées ou vomissements, ou les deux).

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.