Les interventions de fronde sous-urétrale traditionnelle en cas d'incontinence urinaire chez la femme

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les opérations avec fronde traditionnelle sont utilisées pour traiter les femmes souffrant d'incontinence urinaire liée au stress. Cette dernière se caractérise par la perte d'urine lorsque l'on tousse, rie, éternue ou fait de l'exercice, due à des dommages sur les muscles qui soutiennent la vessie et des lésions au niveau des nerfs qui peuvent survenir pendant un accouchement. Parfois, l'incontinence liée au stress apparaît avec "l'incontinence impérieuse" - connue sous le nom "d'incontinence mixte". L'opération avec fronde a pour objectif de soutenir la vessie avec une bande qui peut être fabriquée dans un matériau biologique ou synthétique. Les résultats ont montré qu'il n'y avait pas suffisamment d'informations permettant de juger si les opérations avec fronde traditionnelle étaient meilleures ou pires que les autres traitements. On attend les résultats sur le long terme. Dans cette revue, il y avait quelques essais, de qualité élevée, comparant les frondes à d'autres formes de chirurgie et une seule étude comparant les opérations avec fronde à un traitement non chirurgical.

Conclusions des auteurs : 

Les frondes traditionnelles semblent être aussi efficaces que les frondes moins invasives, mais elles ont des taux plus élevés d'effets indésirables. Ces affirmations doivent toutefois être interprétées avec précaution étant donné que la qualité des études était variable, le suivi court et les populations de petite taille, en particulier pour identifier les taux de complications. Les procédures avec frondes traditionnelles semblaient conférer un taux de guérison similaire par rapport à la colposuspension rétropubienne ouverte, mais le profil des effets indésirables à long terme reste confus. Il manque des données fiables permettant de clarifier si les frondes sous-urétrales traditionnelles peuvent ou non être meilleures ou pires que les autres options thérapeutiques chirurgicales ou conservatrices.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les frondes sous-urétrales traditionnelles sont des opérations chirurgicales utilisées pour traiter les femmes présentant des symptômes d'incontinence urinaire liée au stress.

Objectifs : 

Déterminer les effets des frondes sous-urétrales traditionnelles sur l'incontinence liée au stress ou mixte par rapport à d'autres options thérapeutiques.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais spécialisés du groupe Cochrane sur l’incontinence (recherches du 03.06.10) et les listes bibliographiques des articles pertinents.

Critères de sélection : 

Les essais randomisés ou quasi-randomisés qui incluaient les frondes sous-urétrales traditionnelles pour traiter l'incontinence urinaire liée au stress ou mixte.

Recueil et analyse des données : 

Au moins trois auteurs ont extrait les données de manière indépendante à partir des essais inclus dans un format standard et ont évalué la qualité méthodologique des essais. Les données extraites étaient pertinentes pour les mesures des critères de jugement prédéterminés. Le cas échéant, une statistique récapitulative a été calculée : un risque relatif pour les données dichotomiques et une différence moyenne pondérée pour les données continues.

Résultats principaux : 

Vingt-six essais impliquant 2284 femmes ont été inclus. La qualité des données était modérée pour la plupart des essais et il y avait généralement un suivi court allant de 6 à 24 mois.

Un essai de taille moyenne comparait les opérations avec fronde sous-urétrale traditionnelle à l'oxybutynine pour traiter les patients souffrant d'incontinence urinaire mixte. La chirurgie semblait être plus efficace que les médicaments pour traiter l'incontinence des patients (n = 75, Risque Relatif (RR) 0,18, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,08 à 0,43).

Un essai démontrait que les frondes traditionnelles étaient plus efficaces que le traitement injectable trans-urétral (RR pour l'incontinence évaluée par un clinicien au bout d'un an 0,21, IC à 95 % 0,09 à 0,21), et également moins onéreux en termes de coût moyen.

Sept essais comparaient les frondes à une colposuspension rétropubienne abdominale ouverte. L'incontinence signalée par les patients était moins importante avec les frondes après une année (RR 0,75 ; IC à 95 % 0,62 à 0,90), mais elle n'était pas évaluée par des cliniciens. La colposuspension était cependant associée à moins de complications péri-opératoires, une durée moins longue d'utilisation d'un cathéter à demeure et un dysfonctionnement de la miction moindre sur le long terme. Une étude montrait qu'il y avait 20 % de risque en moins de perforation de la vessie avec la procédure avec fronde mais une hausse de 50 % des infections des voies urinaires avec la procédure avec fronde par rapport à la colposuspension. Un nombre moins important de femmes a développé un prolapsus après les frondes (par rapport à après une colposuspension) dans deux essais de petite taille mais cela n'avait pas de signification statistique.

Douze essais abordaient la comparaison entre les opérations avec une fronde traditionnelle et les opérations avec une fronde moins invasive. Elles semblaient être tout aussi efficaces sur le court terme (RR pour l'incontinence au bout d'une année 0,97 ; IC à 95 % 0,78 à 1,20) mais les frondes moins invasives avaient une durée opératoire plus courte, des complications péri-opératoires moins nombreuses (autre que la perforation de la vessie) et certaines données indiquaient un dysfonctionnement de la miction post-opératoire moins important et des symptômes du détrusor moins nombreux.

Six essais comparaient un type de fronde traditionnelle à un autre. Les matériaux comprenaient le derme porcin, la dure-mère lyophilisée, le fascia lata, la paroi vaginale, le derme autologue et le fascia antérieur. Le taux d'amélioration signalé par le patient au cours de la première année favorisait le matériau autologue traditionnel, le fascia antérieur, par rapport aux matériaux biologiques (RR 0,45 ; IC à 95 % 0,21 à 0,98). Il a été constaté plus de complications avec l'utilisation du Goretex non absorbable dans un essai.

Les données portant sur la comparaison d'une suspension à l'aiguille dans le col de la vessie aux frondes sous-urétrales n'étaient pas concluantes parce qu'elles provenaient d'un seul essai avec une population spécialisée de petite taille.

Aucun essai ne comparait les frondes sous-urétrales traditionnelles à une réparation antérieure, une colposuspension rétropubienne laparoscopique ou des sphincters artificiels. La plupart des essais ne faisaient pas de différence entre les femmes subissant une chirurgie pour une première incontinence ou pour une incontinence récurrente dans les caractéristiques des patientes.

Pour la majorité des comparaisons, les différences importantes sur le plan clinique ne pouvaient pas être écartées.

Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.