Programmes de contrôle du tabagisme destinés à la famille et au personnel d'encadrement pour réduire l'exposition des enfants à la fumée de tabac ambiante

Contexte

Les enfants exposés à la fumée de cigarette (fumée de tabac ambiante) présentent un risque plus élevé de problèmes pulmonaires, d'infections et de complications graves, notamment de syndrome de mort subite du nourrisson. La prévention de l'exposition à la fumée de cigarette pendant la petite enfance et l'enfance pourrait améliorer significativement la santé des enfants dans le monde. Le tabagisme parental est une source courante d'exposition à la cigarette pour les enfants. Les enfants plus âgés encourent également un risque d'exposition à la fumée de cigarette dans les centres de garde d'enfants ou en milieu scolaire.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons consulté six bases de données pour identifier des études pertinentes. Ceci est une mise à jour d'une revue publiée précédemment, et la recherche la plus récente a été effectuée en février 2017. Nous avons trouvé 78 études concernant les effets des interventions destinées à la famille et au personnel d'encadrement visant à réduire l'exposition des enfants à la fumée de cigarette. Ces études incluaient des parents et d'autres membres de la famille, du personnel de crèche, et des enseignants impliqués dans la garde et l'éducation des nourrissons et des jeunes enfants (de la naissance jusqu'à 12 ans) et utilisaient une variété d'interventions, notamment différentes sortes de conseils, le conseil minimal, et des matériels pédagogiques.

Résultats principaux

Seules 26 études rapportaient qu'une intervention était efficace pour réduire l'exposition des enfants à la fumée de tabac. Ces études utilisaient un éventail d'interventions. Neuf études utilisaient des méthodes intensives de conseils ou des entretiens motivationnels, mais dans d'autres études, ces types d'interventions n'étaient pas efficaces. Parmi les 52 études qui ne montraient pas de réduction significative de l'exposition à la fumée de tabac chez l'enfant, 19 utilisaient des méthodes intensives de conseils ou des entretiens motivationnels. Une étude a réussi à réduire les symptômes de l'asthme des enfants en utilisant des entretiens motivationnels. Cette revue ne permet pas de déterminer si des interventions spécifiques réduisaient le tabagisme parental et l'exposition des enfants à la fumée plus efficacement que d'autres.

Qualité des preuves

La qualité des preuves variait de faible à très faible. Les futures études devraient viser à fournir des preuves de meilleure qualité en résolvant les problèmes de conception des études, notamment en utilisant davantage de participants et en décrivant les interventions plus en détail.

Conclusions des auteurs : 

Une minorité d'interventions se sont révélées efficaces pour réduire l'exposition des enfants à la fumée de tabac ambiante et améliorer la santé des enfants, mais les caractéristiques qui différencient les interventions efficaces des interventions sans preuve évidente d'efficacité restent indéterminées. Les preuves ont été jugées comme étant de faible ou très faible qualité, car de nombreux essais présentent un risque élevé de biais, une taille d'échantillon faible et ont une puissance statistique insuffisante, avec des interventions et des populations hétérogènes.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'exposition des enfants à la fumée de tabac d'autres personnes (fumée de tabac ambiante) est associée à de nombreux effets néfastes sur la santé des enfants. Le tabagisme parental est une source courante d'exposition des enfants à la fumée de tabac ambiante. Les enfants plus âgés sont également à risque d'exposition à la fumée de tabac ambiante dans les crèches et les garderies ou en milieu scolaire. La prévention de l'exposition à la fumée de tabac ambiante pendant la petite enfance et l'enfance pourrait significativement améliorer la santé des enfants dans le monde.

Objectifs : 

Déterminer l'efficacité des interventions visant à réduire l'exposition des enfants à la fumée de tabac ambiante.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le tabagisme et nous avons procédé à des recherches supplémentaires dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, PsycINFO, Embase, CINAHL (Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature), ERIC (Education Resource Information Center), l'index de citations des sciences et des sciences sociales (Web of Knowledge). Nous avons effectué la recherche la plus récente en février 2017.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus des essais contrôlés, avec ou sans randomisation, qui recrutaient des participants (parents et autres membres de la famille, personnels de garderie, et enseignants) impliqués dans la garde et l'éducation des nourrissons et des jeunes enfants (de la naissance jusqu'à 12 ans). Toutes les méthodes pour réduire l'exposition des enfants à la fumée de tabac ambiante étaient éligibles, y compris les programmes de prévention, de sevrage et de contrôle du tabagisme. Ceux-ci comprennent la promotion de la santé, les thérapies socio-comportementales, la technologie, l'éducation et les interventions cliniques.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les études et extrait les données. En raison de l'hétérogénéité des méthodes et des mesures des critères de jugement, nous n'avons pas combiné les résultats, mais plutôt synthétisé les résultats des études sous forme narrative.

Résultats principaux : 

Soixante-dix-huit études remplissaient les critères d'inclusion, et nous avons évalué toutes les preuves comme étant de qualité faible ou très faible sur la base de l'évaluation GRADE. Nous avons jugé que neuf études étaient à faible risque de biais, 35 avaient un risque global de biais incertain, et 34 avaient un risque élevé de biais. Vingt-et-une interventions ciblaient des populations ou des communautés, 27 études ont été menées dans un environnement médical pour enfants en bonne santé et 26 dans un environnement médical pour enfants malades. Deux études réalisées dans des cliniques pédiatriques ne mentionnaient pas clairement si les consultations concernaient des enfants malades ou en bonne santé, et une autre étude incluait des consultations à la fois pour des enfants malades et des enfants en bonne santé. Quarante-cinq études avaient été réalisées en Amérique du Nord, 22 dans d'autres pays à revenu élevé, et 11 dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. Seules 26 des 78 études rapportaient un effet bénéfique de l'intervention concernant la réduction de l'exposition des enfants à la fumée de tabac ambiante, 24 d'entre elles étaient statistiquement significatives. Sur ces 24 études, 13 utilisaient des mesures objectives de l'exposition des enfants à la fumée de tabac ambiante. Nous n'avons pas été en mesure d'identifier ce qui rendait ces programmes efficaces. Les études montrant un effet significatif utilisaient un large éventail d'interventions : neuf utilisaient des conseils ou des entretiens motivationnels en personne ; une autre étude utilisait du conseil par téléphone, et une autre utilisait une combinaison de conseil en personne et par téléphone ; trois utilisaient des interventions à composantes multiples à base de conseils ; deux utilisaient des interventions à composantes multiples sur la base éducative ; une utilisait une stratégie en milieu scolaire ; quatre utilisaient des interventions éducatives, dont une qui utilisait des livres d'images ; une étude utilisait une intervention de sevrage tabagique ; une utilisait une intervention brève ; et une autre ne décrivait pas l'intervention. Parmi les 52 études qui n'ont pas montré de réduction significative de l'exposition des enfants à la fumée de tabac ambiante, 19 utilisaient des approches de conseils plus intensives , y compris des entretiens motivationnels, de l'éducation, du coaching, et le conseil minimal concernant le sevrage tabagique. D'autres interventions se composaient de conseil minimal ou de conseils (dix études), d'un feedback sur une mesure biologique de l'exposition des enfants à la fumée de tabac ambiante (six études), de thérapies de substitution nicotinique (deux études), d'un feedback sur la cotinine maternelle (une étude), d'une évaluation informatisée des risques (une étude), d'un soutien téléphonique de sevrage tabagique (deux études), de visites éducatives à domicile (huit études), de séances de groupe (une étude), de matériels didactiques (trois études), et d'une politique scolaire et d'une promotion de la santé (une étude). Certaines études utilisaient plus d'une intervention. Sur les 78 études, 35 faisaient état d'une réduction de l'exposition à la fumée de tabac ambiante des enfants, indépendamment de l'affectation aux groupes d'intervention et aux groupes de comparaison. Une étude ne visait pas à réduire l'exposition des enfants à la fumée de cigarette, mais plutôt à réduire les symptômes de l'asthme, et elle montrait une réduction significative des symptômes dans le groupe bénéficiant d'entretiens motivationnels. Nous avons trouvé peu de preuves d'une différence d'efficacité des interventions en comparant les enfants en bonne santé, les enfants atteints de maladies respiratoires, et d'autres cas où les enfants étaient malades, comme cadres des interventions de sevrage tabagique parental.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Sophie Fleurdépine et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.