Prise en charge des mères allaitantes

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

L'Organisation Mondiale de la Santé recommande que les nouveau-nés soient exclusivement allaités jusqu'à l'âge de six mois avec poursuite de l'allaitement comme élément important du régime alimentaire du nouveau-né jusqu'à au moins l'âge de deux ans. Cette recommandation a été émise car il existe des preuves probantes de risques à court et long terme sur la santé des nouveau-nés et de leurs mères liés à l'absence d'allaitement. De nombreuses mères cessent prématurément d'allaiter en raison de problèmes, dont bon nombre peuvent être évités grâce à des soins et une prise en charge adaptés. Cet arrêt prématuré peut être source de déception et d'angoisse pour les mères, mais aussi de problèmes de santé pour leurs nouveau-nés et elles-mêmes. Une prise en charge de l'allaitement peut inclure des conseils visant à rassurer, à complimenter et à informer, mais c'est aussi une occasion de discuter et de répondre à des questions posées par la mère. La présente revue a examiné si une prise en charge supplémentaire pour les mères allaitantes, assurée par des professionnels et/ou des aidants ayant suivi une formation, permettait aux mères de continuer à allaiter comparée à la mise à disposition de soins de maternité standard. La revue a identifié 52 études contrôlées randomisées issues de 21 pays incluant plus de 56 000 femmes. Toutes les formes de prises en charge supplémentaires analysées montraient une augmentation de la durée d'allaitement et de la durée d'allaitement sans introduire d'autres types de liquides ou d'aliments. La prise en charge assurée par les aidants et les professionnels avait un effet positif sur les résultats liés à l'allaitement. Une prise en charge face à face était associée à un effet plus important du traitement par rapport à une prise en charge par téléphone. Cette prise en charge, uniquement proposée si les femmes recherchent une aide, a peu de chances d'être efficace. Cette indication signifie que les femmes doivent pouvoir bénéficier de visites prévisibles, planifiées et permanentes. Les interventions fournissant une prise en charge supplémentaire avaient des effets plus significatifs lorsque les taux de base d'initiation à l'allaitement étaient élevés. Les avis des femmes concernant les interventions de prise en charge n'étaient pas correctement signalés dans ces études. La prise en charge doit être adaptée au lieu et aux besoins du groupe de population. D'autres recherches seront nécessaires afin d'identifier les éléments les plus efficaces de la prise en charge.

Conclusions des auteurs : 

Toutes les femmes doivent pouvoir bénéficier d'une prise en charge pour allaiter leurs bébés afin d'augmenter la durée et l'exclusivité de l'allaitement. Cette prise en charge aura plus de chances d'être efficace dans des lieux où les taux d'initiation sont élevés. Des efforts visant à augmenter le recours à l'allaitement doivent donc être implantés. Un professionnel ou un aidant/collègue, ou une combinaison des deux, peut proposer cette prise en charge. Les stratégies reposant principalement sur une prise en charge face à face ont plus de chances de réussir. Une prise en charge qui est uniquement proposée de façon réactive, pour laquelle les femmes doivent initier le contact, a peu de chances d'être efficace ; les femmes doivent pouvoir bénéficier de visites permanentes et planifiées afin de prévoir la disponibilité de la prise en charge qui doit être adaptée aux besoins du lieu et du groupe de population.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Il existe des preuves probantes selon lesquelles l'absence d'allaitement expose la santé des nouveau-nés et des mères à des risques importants. En 2003, l'Organisation Mondiale de la Santé recommandait que les nouveau-nés soient exclusivement allaités jusqu'à l'âge de six mois avec poursuite de l'allaitement comme élément important du régime alimentaire du nouveau-né jusqu'à au moins l'âge de deux ans. Toutefois, à l'heure actuelle, les taux d'allaitement ne reflètent pas cette recommandation dans de nombreux pays.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité de la prise en charge des mères allaitantes.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (3 octobre 2011).

Critères de sélection : 

Des essais contrôlés randomisés ou quasi randomisés comparant une prise en charge supplémentaire des mères allaitantes en bonne santé de bébés nés à terme et en bonne santé à des soins maternels standard.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué la qualité méthodologique des essais et extrait des données.

Résultats principaux : 

Sur les 67 études que nous avons évaluées comme étant éligibles pour l'inclusion, 52 ont fourni des données de résultat pour cette revue (56 451 paires mère - nouveau-né) et provenaient de 21 pays différents. Toutes les formes de prise en charge supplémentaire analysées montraient une augmentation de la durée de l'allaitement quel qu'il soit (inclut l'allaitement partiel et exclusif) (risque relatif (RR) de l'arrêt de l'allaitement avant six mois 0,91, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,88 à 0,96). Toutes les formes de prise en charge supplémentaire avaient des effets positifs sur la durée de l'allaitement exclusif (RR à six mois 0,86, IC à 95 % 0,82 à 0,91 ; RR de quatre à six semaines 0,74, IC à 95 % 0,61 à 0,89). La prise en charge supplémentaire assurée par les aidants et les professionnels avait un effet positif sur les résultats liés à l'allaitement. La satisfaction maternelle était mal signalée.

Notes de traduction : 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.