Durée de traitement de la bactériurie asymptomatique pendant la grossesse

Conclusions des auteurs : 

Un traitement antibiotique à dose unique est peut-être moins efficace qu'un traitement de courte durée (quatre à sept jours), mais davantage de preuves devront être apportées par des essais à grande échelle mesurant les critères d'évaluation importants tels que le taux de guérison. Les femmes atteintes d'une bactériurie asymptomatique pendant leur grossesse doivent être traitées par une antibiothérapie standard jusqu'à ce que l'on dispose de davantage de données fournies par des essais comparant le traitement sur sept jours à des schémas thérapeutiques plus courts, sur trois à cinq jours.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Une précédente revue systématique Cochrane a démontré que le traitement médicamenteux antibiotique de la bactériurie asymptomatique chez la femme enceinte réduisait considérablement le risque de pyélonéphrite et réduisait le risque d'accouchement prématuré. Cependant, il n'est pas établi qu'un un traitement à dose unique soit aussi efficace qu'un traitement antibiotique standard plus long.

Objectifs : 

Évaluer les effets de différentes durées de traitement de la bactériurie asymptomatique pendant la grossesse.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et l’accouchement (31 août 2015) et dans les références bibliographiques des articles identifiés.

Critères de sélection : 

Essais randomisés et quasi randomisés comparant des schémas thérapeutiques antimicrobiens de durée différente (en particulier des traitements à dose unique comparés à des schémas de plus longue durée) chez des femmes enceintes présentant une bactériurie asymptomatique.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont évalué indépendamment les essais à inclure et le risque de biais, extrait les données et vérifié leur exactitude. Nous avons évalué la qualité des preuves en utilisant l'approche GRADE.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 13 études portant sur 1622 femmes. Toutes étaient des comparaisons de traitements en dose unique et de traitements de courte durée (quatre à sept jours). Le risque de biais des essais inclus dans cette revue était largement incertain, et la plupart des essais étaient à risque élevé de biais d'exécution. La qualité des preuves a été évaluée au moyen de l'approche GRADE. Avec tous les agents antibiotiques utilisés, le taux d'absence de guérison de la bactériurie asymptomatique chez les femmes enceintes était légèrement plus faible avec le traitement de courte durée qu'avec le traitement à dose unique, bien qu'il y ait des signes d'hétérogénéité statistique (risque relatif moyen (RR) 1,28, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,87 à 1,88 ; 1502 femmes, 13 études, I² = 56 % ; preuves de très faible qualité). Les données issues uniquement des essais de bonne qualité ont également montré de meilleurs taux de guérison avec les cures de courte durée (quatre et sept jours) d'un même agent antimicrobien (RR moyen 1,72, IC à 95 % de 1,27 à 2,33 ; 803 femmes, deux études, I² = 0 % ; preuves de bonne qualité). Il n'y avait aucune différence claire pour la récidive de la bactériurie asymptomatique entre les groupes de traitement et de contrôle, que les agents antimicrobiens aient été les mêmes ou différents (RR 1,13, IC à 95 % de 0,77 à 1,66 ; 445 femmes, huit études, I² = 0 % ; preuves de très faible qualité). Des différences ont été détectées pour les nouveau-nés de faible poids, en faveur d'un traitement de courte durée (quatre à sept jours de traitement) avec le même agent antimicrobien, bien que les données soient issues d'un seul essai (RR 1,65, IC à 95 % 1,06 à 2,57 ; 714 femmes ; preuves de bonne qualité), mais aucune différence n'a été observée en ce qui concerne les accouchements prématurés (RR 1,17, IC à 95 % de 0,77 à 1,78 ; 804 femmes, trois études, I² = 23 % ; qualité modérée) ou les pyélonéphrites (RR 3,09, IC à 95 % de 0,54 à 17,55 ; 102 femmes, deux études, I² = 0 % ; preuves de très faible qualité). Enfin, le traitement à dose unique avec un agent microbien quelconque était associé à une baisse des rapports de « tout effet secondaire » (RR 0,70, IC à 95 % de 0,56 à 0,88 ; 1460 femmes, 12 études, I² = 9 % ; preuves de faible qualité). Des preuves ont été rétrogradées en raison d'un risque de biais dans les essais ayant fourni les données et d'estimations imprécises des effets (larges intervalles de confiance croisant la ligne d'absence d'effet et, dans certains cas, petites études avec peu d'événements).

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Suzanne Assénat et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.