Antibiotiques pour le traitement de la bactériurie asymptomatique pendant la grossesse

Conclusions des auteurs : 

Tandis que le traitement antibiotique est efficace pour réduire le risque de pyélonéphrite pendant la grossesse, l'ampleur de cet effet est très incertaine en raison de la très faible qualité des preuves. La moindre incidence d'un faible poids de naissance et d'un accouchement prématuré avec le traitement antibiotique est cohérente avec les théories sur le rôle de l'infection dans les pathologies de la grossesse, mais cette association doit être interprétée avec prudence en raison de la très faible qualité des études incluses.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La bactériurie asymptomatique survient dans 2 % à 10 % des grossesses et jusqu'à 30 % des mères développeront une pyélonéphrite aiguë si la bactériurie n'est pas traitée. La bactériurie asymptomatique a été associée à un faible poids de naissance et à un accouchement prématuré.

Objectifs : 

Évaluer l'effet du traitement antibiotique de la bactériurie asymptomatique sur le développement d'une pyélonéphrite ainsi que sur le risque d'un faible poids de naissance et d'un accouchement prématuré.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons examiné le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement (19 mars 2015) et les références bibliographiques des études trouvées.

Critères de sélection : 

Les essais randomisés comparant le traitement antibiotique à un placebo ou à l'absence de traitement chez les femmes enceintes présentant une bactériurie asymptomatique lors d'un dépistage prénatal.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont évalué chacun de manière indépendante les études à inclure et le risque de biais, en ont extrait les données et vérifié leur exactitude.

Résultats principaux : 

Quatorze études, portant sur près de 2 000 femmes, ont été incluses. Le traitement antibiotique, comparé à un placebo ou à l'absence de traitement, y réduit l'incidence de la pyélonéphrite (risque relatif (RR) moyen de 0,23, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,13 à 0,41 ; 11 études, 1 932 femmes ; preuves de très faible qualité). Le traitement antibiotique y est également associé à une réduction de l'incidence d'un faible poids de naissance (RR moyen 0,64, IC à 95 % 0,45 à 0,93 ; six études, 1 437 bébés ; preuves de faible qualité) et d'un accouchement prématuré (RR 0,27, IC à 95 % 0,11 à 0,62 ; deux études, 242 femmes ; preuves de faible qualité). On y observe une diminution d'une bactériurie persistant au moment de l'accouchement (RR moyen 0,30, IC à 95 % 0,18 à 0,53 ; quatre études ; 596 femmes). Très peu d'informations étaient disponibles pour estimer l'effet des antibiotiques sur d'autres conséquences pour l'enfant et les effets indésirables pour la mère étaient rarement décrits.

Après évaluation, les 14 études présentaient dans l'ensemble un risque de biais élevé ou incertain. Bien que dans de nombreuses études une description appropriée des méthodes faisait défaut et que par conséquent le risque de biais n'a pu y être évalué que comme incertain, dans presque toutes les études il y avait au moins un domaine où le risque de biais était jugé élevé. Les trois critères de jugement principaux ont été évalués à l'aide du logiciel GRADE et une évaluation de qualité leur a été attribuée. La qualité des preuves pour la prévention de la pyélonéphrite, de l'accouchement prématuré et d'un poids de naissance inférieur à 2 500 g a été évaluée comme faible ou très faible.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Dr Nathanael Goldman et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.