Votre avis nous intéresse ! Aidez-nous à améliorer la qualité de nos traductions françaises en répondant à l'enquête d'évaluation.
Questionnaire destiné aux usagers de santé : http://goo.gl/forms/BLNBjZJ75X
Questionnaire destiné aux professions médicales : http://goo.gl/forms/g7nVhqW4Nd

Médicaments vermifuges utilisés pour traiter les vers intestinaux transmis par le sol chez les enfants : Effets sur la nutrition et les performances scolaires

Les principaux vers transmis par le sol sont l'ascaris, l'ankylostome et le trichocéphale. Les infections sont courantes dans les régions tropicales ou subtropicales, en particulier chez les enfants vivant dans les régions à faible revenus où les conditions sanitaires sont mauvaises, la surpopulation est présente, les niveaux d'éducation sont faibles et le manque d'accès aux soins médicaux se fait sentir. Ces infections entraînent parfois une malnutrition, une mauvaise croissance et une anémie chez les enfants ; certains experts pensent aussi qu'elles sont la cause des mauvaises performances scolaires. Tandis que de meilleures conditions sanitaires et hygiéniques peuvent se révéler utiles, les médicaments peuvent également être utilisés. Selon une approche, les individus diagnostiqués comme infectés pendant le dépistage sont traités. Les données provenant de ces essais suggèrent que cela améliore vraisemblablement le poids et peut améliorer les valeurs d'hémoglobine, mais la base de données factuelle est mince. Selon une autre approche, actuellement recommandée par l'OMS, et étudiée de manière beaucoup plus détaillée, tous les enfants scolarisés sont traités. Dans les essais qui suivent les enfants après une dose unique de vermifuge et après plusieurs doses avec un suivi sur plus d'une année, nous ne savons pas si ces programmes ont un effet sur le poids, la taille, l'assiduité à l'école ou les performances scolaires ; il se peut quils aient peu ou pas d'effet sur l'hémoglobine ou la fonction cognitive.

Un essai totalisant un million d'enfants a examiné les décès, il s'est terminé en 2005 mais les auteurs n'ont pas encore publié les résultats.

Conclusions des auteurs : 

Le dépistage des enfants pour les helminthes intestinaux et ensuite le traitement des enfants infectés semblent prometteurs, mais la base de données est restreinte. Les médicaments vermifuges habituels donnés aux enfants scolarisés ont été étudiés de manière plus approfondie, et n'ont montré aucun bénéfice sur le poids dans la plupart des études, à l'exception des changements pondéraux substantiels dans trois essais réalisés il y a 15ans et plus. Deux de ces essais ont été réalisés dans la même configuration de prévalence élevée. Pour l'hémoglobine et la fonction cognitive, la vermifugation communautaire semble avoir un léger effet ou aucun, et les données en lien avec l'assiduité à l'école et les performances scolaires sont généralement pauvres, avec aucun effet évident ou cohérent. Notre interprétation de ces données est qu'elles peuvent s'avérer trompeuses pour justifier les programmes contemporains de déparasitage basés sur les données factuelles d'un bénéfice cohérent sur la nutrition, l'hémoglobine, l'assiduité à l'école ou les performances scolaires étant donné qu'il n'existe tout simplement pas assez d'informations fiables permettant de savoir si cela est effectivement le cas.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande de traiter tous les enfants scolarisés à intervalles réguliers avec des médicaments vermifuges dans les régions où l'helminthiase est fréquente. L'OMS déclare que cela améliorera le statut nutritionnel, l'hémoglobine et la fonction cognitive et de fait améliorera la santé, l'intellect et l'assiduité scolaire. En conséquence, il est allégué que les performances scolaires s'amélioreront, la mortalité infantile reculera et la productivité économique augmentera. Au vu des importants bénéfices sanitaires et sociétaux attribués à cette intervention, nous avons cherché à déterminer s'ils étaient basés sur des données fiables.

Objectifs : 

Résumer les effets des médicaments vermifuges donnés aux enfants pour traiter les vers intestinaux transmis par le sol (géo-helminthes nématodes) sur le poids, l'hémoglobine et la fonction cognitive ; et les données relatives à l'impact sur le bien-être physique, l'assiduité à l'école, les performances scolaires et la mortalité.

Stratégie de recherche documentaire : 

En février 2012, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies infectieuses, MEDLINE, EMBASE, LILACS, m ECR, et les références bibliographiques, ainsi que les registres des essais en cours et terminés.

Critères de sélection : 

Nous avons sélectionné des essais contrôlés randomisés (ECR) et des essais contrôlés quasi-randomisés comparant les médicaments vermifuges utilisés pour les géo-helminthes et un placebo ou l'absence de traitement chez les enfants âgés de 16 ans maximum, indiquant le poids, l'hémoglobine, et un test formel sur le développement intellectuel. Dans les ECR en cluster traitant les communautés ou les écoles, nous avons également recherché les données sur l'assiduité à l'école, les performances scolaires et la mortalité. Nous avons inclus les essais qui prenaient en compte un enseignement sur les questions de santé avec le déparasitage.

Recueil et analyse des données : 

Au moins deux auteurs ont indépendamment évalué les essais et les risques de biais et extrait des données. Pour analyser les données continues, nous avons calculé la différence moyenne (DM) avec des intervalles de confiance (IC) à 95%. Lorsque les données étaient manquantes, nous avons contacté les auteurs des essais. Nous avons utilisé le système GRADE pour évaluer la qualité des données et cela se reflétait comme suit dans la formulation que nous avons utilisée: qualité élevée («le déparasitage améliore...»); qualité modérée («le déparasitage améliore probablement...»); qualité faible («le déparasitage est susceptible d'améliorer...»); et qualité très faible («nous ne savons pas si le déparasitage améliore...»).

Résultats principaux : 

Nous avons identifié 42essais, comprenant huit essais en cluster, qui répondaient aux critères d'inclusion. A l'exception d'un essai dont les données sont attendues, les 41essais totalisaient 65168participants.

Dépister puis traiter

Pour les enfants détectés pour être infectées de vers (par le dépistage), une dose unique de médicament vermifuge pourrait augmenter le poids (0,58 kg, IC à 95 % 0,40 à 0,76, trois essais, 139 participants ; données de faible qualité) et pourrait augmenter l'hémoglobine (0,37 g/dl, IC à 95 % entre 0,1 et 0,64, deux essais, 108 participants ; données de faible qualité), mais nous ne savons pas s'il existe un effet sur la fonction cognitive (deux essais, données de très faible qualité).

Le traitement vermifuge en dose unique pour tous les enfants

Dans les essais qui ont traité tous les enfants, une dose unique de médicament vermifuge apportait des effets mixtes sur le poids, avec aucun effet évident dans sept essais, mais des effets importants dans deux essais (neuf essais, 3 058 participants, données de très faible qualité). Les deux essais avec un effet positif étaient des milieux similaires à très haute prévalence et peuvent ne pas être facilement généralisables ailleurs. Une dose unique de médicament vermifuge apporte probablement que peu ou pas d'effet sur l'hémoglobine (différence moyenne (DM) à 95 % de 0,06 g/dl, IC à 95 % -0,06 à 0,17, trois essais, 1005 participants ; données de qualité modérée) et peut avoir que peu ou pas d'effet sur la fonction cognitive (deux essais, données de faible qualité).

Le traitement vermifuge en doses multiples pour tous les enfants

Pendant la première année de suivi, des doses multiples de médicaments vermifuges administrés à tous les enfants pourraient avoir que peu ou pas d'effet sur le poids (DM 0,06 kg, IC à 95 % -0,17 à 0,30 ; sept essais, 2460 participants ; données de faible qualité) ; l'hémoglobine (moyenne 0,01 g/dl inférieur ; IC à 95 % 0,14 inférieur à 0,13 supérieur ; quatre essais, 807 participants ; données de faible qualité) ; la fonction cognitive (trois essais, 30,571 participants, données de faible qualité) ; ou l'assiduité à l'école (assiduité supérieure de 4 % ; IC à 95% entre -6 à 14 ; deux essais, 30,243 participants ; données de faible qualité) ;

Pour les périodes au-delà d'une année, il y avait cinq essais avec les mesures du poids. Un ECR en groupes de 3 712 enfants dans une région à faible prévalence a montré un effet important (gain moyen de 0,98 kg), alors que les quatre autres essais n'ont montré aucun effet, y compris un ECR en groupes de 27 995 enfants dans une région à prévalence modérée (cinq essais, 37,306 participants ; données de faible qualité). Pour la taille, nous ne savons pas s'il existe un effet lié au médicament vermifuge (-0,26 cm ; IC à 95 % -0,84 à 0,31, trois essais, 6652 participants ; données de qualité très médiocre). Le traitement vermifuge pourrait n'avoir que peu ou pas d'effet sur l'hémoglobine (0,00 g/dl, IC à 95 % -0,08 à 0,08, deux essais, 1 365 participants, données de faible qualité) ; la fonction cognitive (deux essais, 3720 participants ; données de qualité modérée). Pour l'assiduité à l'école, nous ne savons pas s'il y a un effet (moyenne de 5 % de fréquentation plus élevée, IC à 95 % -0,5 à 10,5, environ 20 000 participants, données de très faible qualité).

L'analyse stratifiée pour rechercher les effets de sous-groupes dans les régions à faible, moyenne et forte endémicité de l'helminthe n'a pas démontré de profil d'effet. L'analyse stratifiée pour rechercher les effets de sous-groupes dans les régions à faible, moyenne et forte endémicité de l'helminthe n'a pas démontré de profil d'effet. Nous n'avons détecté aucun effet significatif pour les résultats primaires dans une analyse de sensibilité incluant seulement les essais avec une assignation secrète appropriée.

Un million d'enfants ont été randomisés dans un essai sur le déparasitage en Inde avec la mortalité comme résultat principal. Il s'est terminé en 2005 mais les auteurs n'ont pas publié les résultats

Tools
Information

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière des organismes suivants pour la France et le Canada.
Pour la France :

  • Ministère des affaires sociales et de la santé

Pour le Canada :

  • Instituts de Recherche en Santé du Canada
  • Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec
  • Fonds de recherche du Québec-Santé
  • Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux