Spironolactone versus placebo ou en combinaison avec des stéroïdes pour l'hirsutisme et/ou l'acné

Les résultats disponibles ne permettent pas de déterminer si la spironolactone peut réduire l'hirsutisme et l'acné. L'hirsutisme féminin (pilosité excessive) est le plus souvent causé par une production accrue d'hormones mâles. La spironolactone ('Aldactone' ou 'Spirotone') est un anti-androgène, qui peut être pris avec ou sans pilule contraceptive orale aux fins de réduire l'hirsutisme. D'après les études incluses dans cette revue, il y a des preuves que la spironolactone est un traitement efficace pour diminuer le degré d'hirsutisme, mais pas suffisamment de preuves pour ce qui est de la prise en charge de l'acné. Elle semble être plus efficace que le finastéride 5 mg / jour, que la metformine et que l'acétate de cyprotérone à faible dose.

Conclusions des auteurs : 

D'après les études incluses dans cette revue, il y a des preuves que la spironolactone est un traitement efficace pour diminuer le degré d'hirsutisme, mais pas de preuves quant à l'efficacité du traitement de l'acné vulgaire. Les études dans ce domaine sont rares et de petite taille. Les données d'études spécifiques indiquent une certaine supériorité de la spironolactone sur d'autres médicaments, mais les résultats ne peuvent pas être généralisés.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'hirsutisme consiste en une pilosité excessive chez la femme ; c'est un problème esthétique importante souvent à l'origine d'une détresse profonde. La cause la plus courante en est la production accrue d'hormones sexuelles mâles (androgènes). Il est également affecté par une sensibilité accrue aux androgènes dans les follicules pileux et les glandes sécrétoires autour des follicules pileux (glandes sébacées). La spironolactone est un antiandrogène et un antagoniste de l'aldostérone, utilisé pour traiter l'hirsutisme.

Objectifs : 

L'objectif était d'étudier l'efficacité de la spironolactone et/ou en combinaison avec des stéroïdes (pilule contraceptive comprise) dans la réduction des excès de pilosité et/ou de l'acné chez les femmes.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et l'hypofertilité (avril 2008). Ce registre Cochrane est basé sur des recherches régulières dans MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO et CENTRAL, sur la recherche manuelle dans 20 revues spécialisées et actes de conférence, et sur des recherches dans plusieurs sources importantes de littérature grise. En outre, les bibliographies des essais pertinents ont été passées au crible et des sociétés pharmaceutiques appropriées ont été contactées pour obtenir des informations sur des essais non publiés.

Critères de sélection : 

Toute comparaison contrôlée randomisée de la spironolactone versus : placebo, stéroïdes (pilule contraceptive incluse), spironolactone à diverses doses, ou spironolactone et stéroïdes versus stéroïdes seuls, aux fins de réduction de la pilosité et de l'acné chez les femmes.

Recueil et analyse des données : 

Neuf essais ont été inclus dans cette revue, huit en ont été exclus. Deux autres essais sont en attente d'évaluation. Un seul essai avait pris l'acné comme critère de résultat, les autres s'étaient portés sur l'hirsutisme. Les principales mesures de résultat sont notamment les suivantes : l'observation subjective, le score de pilosité de Ferriman et Gallwey, des paramètres hormonaux et biochimiques, les effets secondaires, la mesure de production de sébum.

Résultats principaux : 

Dans les deux essais qui avaient comparé 100 mg de spironolactone à un placebo, il avait été fait état de différences significatives pour les améliorations subjectives de la pilosité (RC 7,18 ; IC à 95% 1,96 à 26,28), mais toutefois pas pour le score de Ferriman-Gallwey (DM 7,20 ; IC à 95% -10,98 à -3,42). Aucun critère de résultat n'étant rapporté par plus d'un essai, il n'a pas été possible de regrouper des données.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.