L'acétate d'argent aide-t-il à arrêter de fumer ?

Les produits à base d'acétate d'argent (chewing-gums, pastilles et pulvérisations) produisent un goût métallique désagréable lorsqu'ils sont associés aux cigarettes et sont donc utilisés comme une forme de thérapie d'aversion contre le tabagisme. Cependant, la revue des essais retrouve peu de preuves indiquant que l'acétate d'argent est utile à l'arrêt du tabac. Il est probable que l'effet bénéfique éventuel de l'acétate d'argent soit très faible et inférieur à l'effet déjà prouvé pour les traitements de substitution nicotinique.

Conclusions des auteurs : 

Les essais existants fournissent peu de preuves d'un effet spécifique de l'acétate d'argent dans le sevrage tabagique. Les intervalles de confiance pour le rapport sont assez larges. Cependant, la limite supérieure des intervalles de confiance pour un effet positif correspond à une augmentation absolue du taux de sevrage tabagique d'environ 4 %. Il est donc probable que l'effet éventuel de cet agent soit inférieur au traitement de substitution nicotinique. Le manque d'efficacité de l'acétate d'argent peut traduire une mauvaise observance du traitement dont l'objectif est d'entraîner un stimulus désagréable.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'acétate d'argent produit un goût désagréable lorsqu'il est associé aux cigarettes, produisant ainsi un stimulus aversif. Il a été commercialisé sous différentes formes avec pour objectif de faire disparaître le désir de fumer en associant ce désir à un stimulus désagréable.

Objectifs : 

L'objet de cette revue était de déterminer l'efficacité des produits à base d'acétate d'argent (chewing-gums, pastilles, pulvérisations) pour promouvoir le sevrage tabagique.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué une recherche dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur le tabagisme. La recherche la plus récente datait de juillet 2012.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus des essais randomisés portant sur l'acétate d'argent pour le sevrage tabagique avec des comptes-rendus de la consommation de tabac au moins six mois après le début du traitement.

Recueil et analyse des données : 

Nous avons extrait les données en double sur le type de sujets, la dose et la forme d'acétate d'argent, les mesures de critères de jugement, la méthode de randomisation et la réalisation du suivi.

Le principal critère de jugement était l'abstinence tabagique validée biochimiquement après au moins six mois de suivi chez des patients fumeurs au départ. Les sujets perdus de vue ont été comptés comme des personnes continuant à fumer. Quand c'était adapté, nous avons effectué une méta-analyse au moyen d'un modèle à effets fixes.

Résultats principaux : 

Deux études ont fourni des données de suivi à long terme sur des patients randomisés entre l'acétate d'argent et un placebo. Dans l'une de ces études, un troisième bras était constitué de patients randomisés pour recevoir des chewing-gums à la nicotine 2 mg. Le rapport des odd ratio pour le sevrage avec l'acétate d'argent vs placebo était de 1,04 (intervalle de confiance à 95 % 0,69 à 1,57).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.