Immunothérapie contre les fausses couches à répétition

L'immunothérapie ne diminue pas le risque de fausse couche future chez les femmes faisant des fausses couches à répétition.

Contexte
Les fausses couches à répétition correspondent à trois fausses couches précoces consécutives ou plus. Selon une théorie, pour certaines femmes, cela pourrait être provoqué par une réponse du système immunitaire à l'embryon ou au fœtus. Les traitements qui tentent d'immuniser la femme contre les cellules « étrangères » d'une grossesse future ont été essayés. Les immunothérapies ont inclus des globules blancs (leucocytes) du partenaire de la femme ou d'un donneur, des produits issus de jeunes embryons (membranes de trophoblastes) ou des anticorps dérivés du sang (immunoglobuline).

Objectif
Nous avons cherché à déterminer si les traitements immunologiques pouvaient améliorer les chances de naissances vivantes chez les femmes ayant des antécédents de fausses couches à répétition.

Caractéristiques des études
Nous avons inclus 20 essais contrôlés randomisés portant sur 1 137 femmes, qui ont été menés entre 1985 et 2004 dans 11 pays. Les essais examinaient quatre formes différentes d'immunothérapie : immunisation en utilisant des globules blanc du partenaire de la femme (12 essais, 641 femmes), des globules blancs d'un donneur tiers (trois essais, 156 femmes), des produits issus de jeunes embryons (un essai, 37 femmes), ou des anticorps dérivés du sang (immunoglobuline intraveineuse) (huit essais, 303 femmes).

Qualité des preuves et conclusions
Dans l'ensemble, nous avons considéré que le risque de biais était faible dans la majorité des études incluses.

La revue des essais a constaté qu'aucun de ces traitements n'a fourni un effet bénéfique significatif par rapport au placebo dans l'amélioration du taux de naissances vivantes, ni abaissé le risque de fausse couche future chez les femmes présentant des fausses couches à répétition.

Conclusions des auteurs : 

L'immunisation avec des cellules paternelles, les leucocytes de donneur tiers, les membranes de trophoblastes et l'immunoglobuline intraveineuse n'apportent aucun effet bénéfique significatif par rapport au placebo concernant l'amélioration du taux de naissances vivantes.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Du fait que des aberrations immunologiques pourraient être la cause d'une fausse couche chez certaines femmes, plusieurs immunothérapies ont été utilisées pour traiter les femmes faisant des fausses couches récurrentes non expliquées par d'autres raisons.

Objectifs : 

L'objectif de cette revue était d'évaluer les effets de toute immunothérapie, incluant une immunisation avec des leucocytes paternels et une immunoglobuline intraveineuse, sur le taux de naissances vivantes chez les femmes ayant fait auparavant des fausses couches à répétition non expliquées.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement (11 février 2014) et dans les références bibliographiques des études trouvées.

Critères de sélection : 

Essais randomisés portant sur des immunothérapies utilisées pour traiter des femmes ayant fait auparavant trois fausses couches ou plus et n'ayant pas eu plus d'une naissance vivante par la suite, chez lesquelles toutes les causes non immunologiques reconnues de fausses couches à répétition ont été écartées et auxquelles aucun traitement simultané n'a été administré.

Recueil et analyse des données : 

L'auteur de la revue et les deux co-auteurs ont extrait les données et évalué la qualité des études de façon indépendante pour toutes les études examinées pour cette revue.

Résultats principaux : 

Vingt essais de grande qualité ont été inclus. Les différentes formes d'immunothérapie n'ont pas révélé de différences significatives entre le groupe de traitement et le groupe témoin en termes de naissances vivantes ultérieures : immunisation avec des cellules paternelles (12 essais, 641 femmes), rapport des cotes de Peto (RC de Peto) 1,23, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,89 à 1,70 ; immunisation avec des cellules d'un donneur tiers (trois essais, 156 femmes), RC de Peto 1,39, IC à 95 % 0,68 à 2,82 ; perfusion de membranes de trophoblastes (un essai, 37 femmes), RC de Peto 0,40, IC à 95 % 0,11 à 1,45 ; ou immunoglobuline intraveineuse (huit essais, 303 femmes), RC de Peto 0,98, IC à 95 % 0,61 à 1,58.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.